20 juin 2018 / Mis à jour à 13:38 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Amérique latine - Diaspora - Autre Afrik
Cali, deuxième ville afro d’Amérique Latine
Cali avec près de 1.100.000 afrodescedants est la seconde ville en Amérique Latine, après Salvador de Bahía au Brésil dans laquelle se concentre le plus grand nombre de personnes appartenant à cette communauté.

Selon le Secrétariat du Développement et du bien être social (Secretaría de Desarrollo y Bienestar Social) local, dans le Valle del Cauca on retrouve 27% de l’ensemble des afrodescendants du pays et à Cali, ils représentent 52% de la population totale de la ville.

Ces chiffres sont rappelés aujourd’hui, Journée de l’Afrocolombianité par des nombreuses organisations et des leaders qui soulignent le rôle de cette communauté dans la vie de la ville.

Selon l’administration locale, dans la capitale du Valle del Cauca, leur présence est très forte dans les communes 7, 14, 15, 16 et 21, situées à l’est de la ville et dans des zones proches du fleuve Cauca.

« Il y a un pourcentage très faible des personnes de cette ethnie dans les hautes sphères économiques » , indique Clara Inés Ossa, chercheuse spécialisée dans les questions ethniques de l’Université Javeriana.

La spécialiste explique que les souvenirs de la mer et les traditions de la terre natale des ces personnes les ont poussé à rechercher les zones proches du fleuve, comme c’est le cas dans le District d’Aguablanca où près de 800.000 afrodescendants vivent.

Malgré l’importance que ce secteur représente pour Cali, les statistiques de l’Association Nationale des Mairies des Villes ayant une population Afrodescendante ( Asociación Nacional de Alcaldes de Municipios con Población Afrodecendiente) Amunafro démontrent que sur 100 enfants qui fréquentent l’école, seuls trois d’entre eux feront des études universitaires.

Cela est dû au problème de l’accès et de la capacité de s’éduquer, compte tenu dans les deux cas de la situation économique et sociale précaire de la population afro dans la ville , explique Óscar Gamboa, responsable d’Amunafro.

La question du chômage a également un impact sur ce groupe dans la capitale du département, puisque selon le Conseil des Affaires Afrocolombiennes (Consejería de Asuntos Afrocolombianos), environ 40% de la population afro est sans emploi et un grand pourcentage est en situation de sous emploi, c’est à dire que les personnes concernées travaillent dans l’informel.

« Il existe un politique publique concernant la population afro ; mais, les indicateurs montrent qu’il y a une tendance négative évidente envers nous, qui fait que les postes de travail sont très rares et les afros sont presque toujours impliqués dans les situations de violence », indique Gamboa.

Ana Teresa Balanta, administratrice d’entreprise indique que pour pouvoir faire sa recherche d’emploi, elle a dû enlever la photo de son Cv après s’être rendue compte que certaines institutions bancaires ne l’embauchaient pas à cause de la couleur de sa peau .

« Devant tant d’insistance, un employé m’a dit que les institutions bancaires ont pour politique de ne pas embaucher les noirs » dit-elle.

Pour la psychologue de l’Université Javeriana, Oneida Ángulo, le problème de l’auto reconnaissance est un des autres phénomènes en croissance au sein de ces groupes.

« Une preuve évidente de cela, les données du Dane, qui soutiennent que seuls 24% de la population se reconnait comme tel. C’est à dire que si tu es noir, mais que tu as les cheveux raides tu te considères comme métisse, mais pas afrodescendant, cela est dû à la discrimination sociale que l’on vit encore dans la ville », dit-elle.

La spécialiste ajoute que le phénomène est tel que les gens se défrisent les cheveux pour être acceptés dans une entreprise. « Le plus troublant est que nous sommes en train de nous métisser pour ne pas être noirs, » conclue-t-elle.

La Colombie a la troisième population noire la plus importante sur le continent américain après les États-Unis et le Brésil. 50% de cette population est concentrée à Valle et Antioquia.



à la une



afrik-foot