23 octobre 2014 / Mis à jour à 22:38 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Maroc - Commerce
Commander son mouton sur Internet pour l’Aïd
Le premier souk de bétail virtuel du Maroc. Acheter son mouton sur Internet, c’est désormais possible, au Maroc, grâce à Khayrat Farms, une ferme agricole spécialisée dans l’élevage des ovins (moutons), des caprins et des bovins. Créée en 1996 dans la province d’El Jadida, non loin de Casablanca, elle vous permet de commander votre animal en ligne sur son site Internet spécialement mis en place pour la fête de l’Aïd Al Adha. Interview de Nabil Al Alami, un entrepreneur avisé.

Par Vitraulle Mboungou

Un mouton en deux clics, une nouvelle tendance qui révolutionne la vente par correspondance par le biais d’Internet. Mis en ligne depuis vendredi dernier, le site Anaam.net (le site ne fonctionne plus en 2008) , vous donne la possibilité d’acheter l’ovin de votre choix et être livré dans les plus brefs délais. Cette initiative originale vient de Nabil Al Alami, directeur d’un cabinet de consulting dans le diagnostic stratégique des entreprises et l’étude des marchés à Casablanca, et propriétaire de Khayrat Farms, la « ferme des biens » dans la province d’El Jadida. Après une formation de Management dans la métropole marocaine, un MBA de Marketing à l’Université de Sherbrooke (Canada) et quelques années passées à travailler pour des grandes multinationales au Maroc et à l’étranger, il a créé en 1996, cette ferme agricole d’élevage d’ovins, de caprins et de bovins. Une exploitation de 33 hectares qu’il a transformé en une véritable entreprise, dont le capital est estimé à 3 500 000 dirhams (350 000 €). Soucieux de vivre avec son temps et d’élargir la vente des produits en provenance de sa ferme au marché national, il a eu l’idée de mettre en place ce « souk virtuel ». Véritable précurseur en la matière, Nabil Al Alami s’est livré à Afrik.

Afrik : Comment vous est venue cette idée de vendre des moutons par correspondance ?
Nabil Al Alami :
Avec mes amis. Sachant que j’avais cette ferme, ils me commandaient souvent du bétail que je leur faisais livrer à domicile. Comme je recevais de plus en plus de commandes, j’ai pensé généraliser la chose à travers tout le pays en me servant des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour vendre ainsi mon cheptel. C’est donc naturellement que j’ai pensé à Internet qui est selon moi le moyen le plus sûr de toucher un maximum de personnes. Il permet ainsi aux Marocains d’acheter leur mouton sans se fatiguer.

Afrik : Depuis quand le site existe-t-il ?
Nabil Al Alami :
Je suis propriétaire de la ferme depuis 1996 et le site a été crée pour les fêtes d’Aïd Al Adha il y a une semaine. Nous comptons poursuivre notre activité tout au long de l’année, car l’affaire marche relativement bien. Depuis la mise en place de ce site, j’ai déjà reçu plus d’une cinquantaine de commandes comme si les gens n’attendaient que ça. Je vais prolonger ce commerce tout au long de l’année, car il existe d’autres occasions ou fêtes spéciales qui nécessitent le sacrifice de bétails. Beaucoup de familles sacrifient un mouton pour fêter la naissance d’un enfant par exemple.

Afrik : Concrètement quel est le but de votre initiative ?
Nabil Al Alami :
Mon objectif principal en créant ce site est de faire connaître les produits de ma ferme et d’établir une relation directe entre le consommateur et moi (le producteur) en éliminant les intermédiaires. Ce site donne l’occasion aux Marocains d’entrer dans un marché virtuel des bétails et de choisir ce qu’ils veulent en fonction de leur goût et de leur budget. Il s’adresse avant tout à la nouvelle génération qui n’a pas souvent le temps d’aller au souk du bétail choisir la bête du sacrifice. Je leur facilite ainsi la tâche.

Afrik : Vous vous occupez vous-même du site ou avez-vous engagé du personnel ?
Nabil Al Alami :
Je travaille seul pour le site. Comme j’ai une formation de Managment, je m’occupe de tout le côté marketing et managment de l’affaire. Je me charge des commandes et des livraisons. Pour ce qui est de l’élevage, j’ai engagé des éleveurs spécialisés qui s’occupent du bétail. Par ailleurs, la ferme a d’autres activités : l’élevage de bovins, la viticulture, la production de lait et de fromage. Nous produisons également les patates douces destinées à l’exportation ainsi que les plantes du polonias qui servent pour la fabrication de bois, denrées rares au Maroc.

Afrik : Comment se passe la livraison ?
Nabil al Alami :
Une fois la commande du bétail passée, la livraison se fait par camion à l’adresse indiquée par le client lors du processus de commande sur le site. En cas de retard, j’envoie un émail ou je passe un coup de fil pour prévenir le client. Et c’est au moment de la livraison que se fait le paiement par chèques ou en espèces. Lorsque les lieux de livraison sont situés loin de ma province, je transfère la commande dans la ferme la plus proche de l’adresse de livraison. Ils se chargent de livrer pour moi.

Afrik : Votre commerce concerne seulement le marché national ?
Nabil Al Alami :
Oui, Je vise avant tout le marché marocain, la vente de ces bétails est exclusivement destinée aux Marocains. Il est vrai que je commence à recevoir des commandes de l’étranger, notamment de France et de Suisse. Il s’agit d’enfants qui commandent des moutons à livrer chez leurs parents restés au pays. Pour ce qui est de livrer à l’étranger, pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour.

Afrik : Quel est le prix moyen d’un mouton ?
Nabil Al Alami :
Le prix varie entre 1 900 et 2 000 Dhs soit environ entre 190 et 200 €. Cela peut aller quelquefois jusqu’à 2 900 voire 3 000 Dhs soit environ 300 €. Mais ces tarifs restent relativement peu élevés comparés à ceux des souks de bétail.

Afrik : Comptez-vous développer d’autres services en parallèle ?
Nabil Al Alami :
Dans un futur proche, je compte associer d’autres services à celui de la livraison, tels que l’accompagnement d’un spécialiste en boucherie pour égorger la bête, des visites organisées et guidées dans les fermes d’élevage pour choisir ou commander directement votre bétail.


lire aussi
Déjà présente au Maroc depuis six ans, l’idée de vendre des moutons sur Internet à l’occasion de l’Aïd el-Adha débarque en Algérie. En France aussi les musulmans peuvent commander leur mouton sur le...

L’Aïd El Adha sera célébré le vendredi 26 octobre en Algérie. C’est ce qu’a mercredi, hier, le ministère algérien des Affaires religieuses et des Wakfs dans un...

A la veille de l’Aïd El-Kébir, communément appelé Tabaski en Afrique de l’Ouest, la place de l’Obélisque à Dakar accueille une émission de télévision pas comme les autres. Khar Bii, "le mouton" en wolof,...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles