17 avril 2014 / Mis à jour à 02:01 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Maroc - Evénement
Deux skieurs marocains aux Jeux Olympiques de Turin 2006
Le Maroc s’est qualifié aux 20èmes Jeux Olympiques d’hiver. Deux skieurs marocains, Sarah Ben Mansour et Samir Azzimani, se sont qualifiés pour les Jeux Olympiques de Turin (Italie) de 2006. Si le Maroc n’en est pas à sa première participation aux débats mondiaux, tous les protagonistes de cette présente réussite ne cachent pas leur joie.

Par Morad Ouasti

L’Atlas glissera sur les Alpes. Sarah Ben Mansour, 18 ans, et Samir Azzimani, 25 ans, sont les deux skieurs alpins qui représenteront le Maroc aux Jeux Olympiques de Turin en 2006 (Italie, 10 au 26 février). Le Président de la Fédération royale marocaine de ski et de montagne (FRMSM), Mustafa Naït Lho, s’enthousiasme : « Ce n’est pas la première fois que nous participons à une compétition internationale de très haut niveau, nous étions déjà présents en 1968 aux J.O de Grenoble (France), à Sarajevo (Bosnie-Herzegovine) en 1984, à Cagliari (Italie) en 1988 et Albertville (France) en 1992 ».

Une fierté pour le Maroc

« C’est un honneur pour moi que de représenter le Maroc », confie avec émotion Sarah Ben Mansour. « C’est lorsque j’ai rencontré mon manager à Anvers (Belgique), Derek Giroulle, que j’ai appris la nouvelle. Mais je dois avouer que sur le moment je n’arrivais pas à y croire. Quand j’ai commencé à skier je ne me suis jamais dit que j’allais un jour participer aux Jeux Olympiques », ajoute l’attachante slalomeuse d’une voix pleine de joie. Sarah Ben Mansour a commencé à skier très tôt. Tout d’abord avec sa famille dans les Alpes. Puis elle s’est ensuite inscrite au « Ski club Casablanca » à Anvers (Belgique), qui est l’antenne européenne de la FRMSM. L’ascension dans le monde de la glisse de la Marocaine s’est fait naturellement par la suite. « J’ai participé à pas mal de courses belges au début et après à Tignes (France) dans les Alpes. J’ai marqué 101 points, pour se qualifier il faut être en dessous de la barre des 140 points FIS [*] », souligne-t-elle. Sarah Ben Mansour termine 10ème aux Mondiaux juniors de Slovénie à Maribor en 2004. C’était son premier grand meeting.

Le slalomeur Samir Azzimani est, quant à lui, issu d’une famille modeste de six enfants de la banlieue parisienne. Il a deux championnats du monde de ski à son actif. Au mondiaux de 2001 en Autriche, il termine 46ème sur 103 participants du slalom géant. Il participe au Championnat du monde 2003 de Saint-Moritz en Suisse à l’issue duquel il se placera 77ème sur 127 participants. Il confie qu’il réalise aujourd’hui « un rêve de gosse ». Il espère, avec Sarah Ben Mansour, représenter au mieux le royaume chérifien. Derek Giroulle attend pour sa part que les deux slalomeurs du Géant, dont il est le manager, puissent terminer leurs courses sans embûche et exploiter au maximum leur énorme potentiel.

1 200 licenciés au Maroc

Pour Mustafa Nait Lho, la qualification marocaine symbolise un retour contre le système discriminatoire des points FIS, mis en place au lendemain des Jeux d’Albertville (France) en 1992. « Certains skieurs tombaient et se relevaient plusieurs fois lors d’une descente et n’abandonnaient pas pour autant. Il a donc été décidé d’établir un nouveau calcul de points, qualificatif. Ce nouveau système ne favorise que les élites parmi les skieurs ». Derek Giroulle déclare que « cette qualification est pour nous une grande fierté et représente une victoire contre la modification élitiste du mode de qualification aux Jeux, après les Jeux d’Albertville ».

La FRMSM existe depuis 1956. Le Maroc compte aujourd’hui 16 clubs et 1 200 licenciés/compétiteurs. Le Président de la FRMSM explique que la principale contrainte rencontrée pour les pratiquants est l’irrégularité des neiges au Maroc. Cependant, il nous fait part d’un projet de grande envergure qui verra le jour très prochainement à Oukaïmeden (75km de Marrakech). Des promoteurs se sont d’ores et déjà engagés dans la réalisation d’une station de ski située sur un plateau à 2 600 mètres d’altitude.


[*] Points FIS : Les points FIS sont utilisés pour l’établissement du classement et calculés en fonction des résultats obtenus lors de chaque course internationale organisée par la FIS (Fédération internationale de ski). Plus le skieur est performant, plus son nombre de points sera faible.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles