23 août 2017 / Mis à jour à 08:21 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Pan Afrique - Esclavage
L’autre regard sur la traite des Noirs : la maison d’édition Menaibuc
Une adresse à découvrir. Mardi aura lieu la Journée internationale de commémoration de la traite négrière et de son abolition. Un thème auquel la maison d’édition Le Menaibuc a consacré pas moins de 6 ouvrages en moins d’un an. Jean-Philippe Omotunde, un de ses auteurs, nous explique la philosophie de cet éditeur afro-caribéen.

Par Sira Tounkara

Dans le cadre de la Journée internationale du souvenir de la Traite négrière et de son abolition de ce 23 août, Afrik.com vous propose de partir à la découverte de la maison d’édition de l’Afrique et des Caraïbes : Le Menaibuc (Men for Unify Civilization). Créée il y a une dizaine d’années, elle a publié 6 ouvrages autour du sujet. Afrik est allé interviewer l’un de ses auteurs, Jen-Philippe Omotunde, chercheur en histoire et enseignant à l’Institut Africamaat.

Afrik.com : Quels sont les objectifs du Menaibuc ? Jean-Philippe Omotunde : Il s’agit de promouvoir la littérature africaine, et ce, dans le cadre philosophique de la « Renaissance africaine ». C’est donc une démarche qui apporte un regard constructif sur l’Afrique.

Afrik.com : Comment les ouvrages et les publications sont-ils sélectionnées ? Jean-Philippe Omotunde : Le Menaibuc publie ses ouvrages en fonction de l’air du temps, ils répondent à un besoin d’information historiographique du public. Nous nous inscrivons dans une démarche de lutte contre la falsification généralisée de l’histoire de l’Afrique. La maison d’édition publie les auteurs ayant pris appui sur de la documentation de 1ère main ; Nous essayons de nous affranchir des écrits déjà réalisés et sur lesquels beaucoup de personnes se basent. Nous essayons de trouver l’information directement à la source.

Afrik.com : Six ouvrages du Menaibuc correspondent au thème de la traite négrière. Répondent-ils à une demande particulière ? Jean-Philippe Omotunde : La traite négrière est un sujet d’actualité depuis l’an dernier, nous constatons que les gens accordent plus d’intérêt à l’Afrique et pour l’histoire du monde noir en général. L’année dernière, nous avons fait un travail d’information du public, par le biais d’ouvrages, de conférences dans les grandes villes de l’Hexagone (Paris, Lyon, Toulouse...) et aux Antilles ; nous donnons aussi des cours à l’Institut Africamaat. De plus, l’affaire Dieudonné a vraiment éveillé l’attention du public sur la problématique et les enjeux de l’histoire, notamment par le fait que plusieurs articles de presse aient été écrits à ce sujet et surtout à cause du lynchage médiatique dont il a été l’objet. Nous voulions surtout répondre aux questions que les jeunes se posent sur la traite des Noirs (questions posées via le site Africamaat), j’ai donc écrit « La traite négrière européenne : vérité et mensonges », qui comprend 10 points essentiels à connaître et j’ai incité Bwemba Bong à écrire le tome deux de son livre « Quand l’africain était l’or noir de l’Europe ».

Afrik.com : Quelle est votre démarche de travail ? Jean-Philippe Omotunde : Par rapport à la problématique de la traite négrière, nous tentons de raconter, dans le détail, la mise en place de la traite négrière, de mettre en avant la thématique des razzias dont la logistique n’est pas africaine. Nous mettons l’accent sur la falsification et sur l’information afin que le public puisse se lancer dans ses propres recherches. La Traite et le colonialisme nous ayant fait perdre le fil conducteur de notre histoire, nous travaillons pour raviver les humanités classiques africaines (qui se trouvent dans la civilisation égypto-nubienne) - toute personne recherchant des références en philosophie, mathématique, droit ou autre, doit pouvoir trouver des références africaines - Il faut renouer avec ces humanités afin de voir ce que l’Afrique a apporté à la civilisation. Lorsque je parle d’humanités classiques africaines, j’entends les références classiques africaines. Lorsque l’on nous demande de citer le nom d’une référence en mathématique, plutôt que de répondre Thalès ou Pythagore, il faudrait pourvoir répondre Aknès, par exemple. Et il en va de même pour de nombreuses références philosophiques.

Visiter le site du Memaibuc

Liste des livres sur le thème de la traite des Noirs :
- Chistiane Taubira-Delannon, L’esclavage raconté à ma fille.
- Jean-Philippe Omotunde , La traite négrière européenne : vérité et mensonges.
- Bwemba-Bong , Quand l’Africain était l’or noir de l’Europe tome 1 et tome 2
- Lémy Lémane Coco, Regards sur l’esclavage dans les colonies françaises.
- Lawoetey - Pierre Ajavon, Traite et esclavage des Noirs, quelle responsabilité africaine ?



à la une




communiqués

afrik-foot