21 avril 2014 / Mis à jour à 21:05 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Pan Afrique - Art
L’art contemporain africain s’invite à Paris
Crossing Africa : l’exposition à ne pas rater. L’exposition Crossing Africa présente jusqu’au 30 avril une remarquable et riche exposition d’art contemporain africain à Paris. C’est à la galériste Aude Minart, amoureuse du continent, que l’on doit cette belle initiative. Autant de talents africains à découvrir. Interview.

Par David Cadasse et Koceila Bouanik

Il ne vous reste qu’une petite semaine pour découvrir l’exposition d’art contemporain africain Crossing Africa. Présenté, jusqu’au 30 avril, par la galeriste Aude Minart, sous l’une des arches du Viaduc des Arts à Paris, l’événement propose, aux profanes et aux initiés, une riche palette des talents du continent. L’initiatrice de ce voyage artistique, où l’on peut découvrir près de 70 œuvres d’une douzaine d’artistes, explique l’accueil du public et ses motivations, somme toutes, militantes.

Afrik.com : Quel est l’esprit de Crossing Africa ?
Aude Minart :
Crossing Africa est un itinéraire à travers plusieurs pays d’Afrique. Il est assez exceptionnel en France de voir réunies dans une même exposition autant d’œuvres différentes du même continent. J’en ai rapporté de plusieurs pays dans lesquels je me suis rendue dernièrement. À savoir, le Sénégal, un pays avec lequel je travaille très souvent depuis le début de mon activité, il y a 5 ans. J’ai également découvert le Cameroun et ses artistes. Quand je suis aussi allée à Ouagadougou (Burkina Faso, ndlr) dans le cadre du FESPACO (Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou, ndlr), je me suis intéressée aux films africains et j’en ai profité pour rechercher les artistes, aller dans leurs ateliers. J’ai rapporté des œuvres d’Innocent Ouédraogo. Il y a quelques années, je m’étais rendue au Congo Brazzaville dont nous avons des grandes œuvres de Bill Kouelany, une artiste qui monte au niveau international. Et puis j’ai rapporté quelques œuvres très intéressantes du Nigeria et l’œuvre d’un artiste soudanais, qui vit actuellement en France, avec une œuvre qui s’appelle “ La Porte de Nubie ”. Nous avons également des œuvres du Bénin et du mobilier vient de Côte d’Ivoire.

Afrik.com : S’agit-il ici d’une collection privée ?
Aude Minart :
Non pas du tout. Le fonctionnement est le même que dans une galerie temporaire. Pendant tout le mois d’avril, les gens peuvent venir acheter les œuvres et comme toute galerie : il y a une commission à l’artiste et une commission à la galerie.

Afrik.com : Vous êtes galériste de profession ?
Aude Minart :
Je suis en fait galériste d’appartement. C’est-à-dire que mon appartement a été transformé en galerie d’art et il y a des expositions en permanence. Il suffit de m’appeler et de prendre rendez-vous. Parallèlement à cela, j’organise des expositions dans des lieux publics comme ici et sinon, je suis contactée par différentes institutions ou personnes pour monter des expositions, ce qu’on appelle “ commissaire d’exposition ”.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous choisie de vous pencher plus particulièrement sur l’Afrique ?
Aude Minart :
J’ai vécu 5 ans en Afrique quand j’étais dans le journalisme et j’ai été extrêmement sensibilisée par le fait de voir autant d’artistes dans une création absolument invraisemblable, extraordinaire, foisonnante, vraiment très riche. Parallèlement à ça, il y a un manque sinon d’intérêt, du moins de connaissance de tout ce qui se passe actuellement en Afrique dans l’art contemporain de la part des Français.

Afrik.com : Qu’entendez-vous par “ art contemporain ” ? Car dans l’imaginaire collectif, on pense souvent à un milieu assez hermétique.
Aude Minart :
Oui, on associe souvent le terme “ art contemporain ” à conceptuel. Hé bien pas du tout ! Pour moi, ce sont des artistes qui vivent “ actuellement ”. Des artistes créateurs qui ont entre 25 et 50 ans ou au-delà. C’est une Afrique non pas ethnique, tribale, ou ancienne. Nous ne sommes pas aux antiquités du Louvre, mais à Beaubourg, si l’on devait faire la comparaison (rires).

Afrik.com : Quel est l’accueil du public lorsqu’il découvre ces œuvres et à qui l’exposition s’adresse-t-elle ?
Aude Minart :
L’accueil est formidable. Il y a beaucoup de passages, vu que je suis installée dans une galerie qui est en fait la prolongation du même concept. Vous avez 60 arches dédiées à la décoration, à l’art et cela génère un grand intérêt, beaucoup de questions également car les gens sont curieux et charmés. Lors des vernissages, il est évident que les gens présents sont d’abord ceux de mon carnet d’adresse, mais ensuite vous avez les gens de la rue qui passent, comme dans n’importe quelle galerie.

- Contacter Aude Minart : audeminart@hotmail.com ou au 0 (0 33) 6 60 24 06 26
Visiter son site :
- La Galerie africaine


 
 
 
 
 
 
   
à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers