23 juillet 2014 / Mis à jour à 03:47 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Caraïbes - Musique
LKJ : l’arme poétique
Linton Kwesi Johnson, la légende vivante du reggae. LKJ est l’un des derniers monstres sacrés du reggae. Poète avant d’être artiste, il est un des grands artisans de la lutte pour la cause noire en Grande-Bretagne et en Europe. Armé d’un militantisme et d’un talent toujours intacts, la star jamaïcaine n’a pas changé de route. A l’occasion de la sortie de son dernier album Live in Paris, il revient pour Afrik sur sa démarche artistique, sur les fondements de sa quête et dresse un bilan général du combat pour l’égalité raciale.

LKJ. Un nom qui inspire le respect et l’admiration dans l’univers du reggae. Et pour cause, le créateur de la poésie dub est considéré par beaucoup comme le pape du dub. A 52 ans, l’artiste jamaïcain est l’homme des premiers combats. Ceux de l’éveil de la conscience noire à travers le monde. Et en particulier en Grande Bretagne - où il réside depuis qu’il a onze ans - et en Europe. Musicalement très engagé, il se considère comme un poète avant tout, et estime que la lutte continue. Le regard courtois, la voix posée et le verbe précis, il a reçu Afrik pour un entretien découverte.

Afrik : Comment définiriez-vous ce que vous faites en musique ?
LKJ :
J’écris de la poésie que je transpose dans la musique reggae. J’ai toujours été intéressé par la poésie qui chante. La poésie lyrique. Je suis intéressé par la musique du langage et le langage de la musique. C’est pourquoi je fais à la fois des livres (il est l’auteur de plusieurs ouvrages de poésie, ndlr) et des disques.

Afrik : Vous considérez-vous comme un poète ou comme un musicien ?
LKJ :
Comme un poète avant tout. Car je commence avec les mots.

Afrik : Ce que vous faites en musique s’apparente-t-il au slam ?
LKJ :
Le slam est un nouveau type de performance poétique où vous avez un micro ouvert à quiconque souhaite venir déclarer un poème. Je ne fais pas à proprement parler du slam, même si je partage la même oralité. Ce que je fais vient d’une tradition orale. J’aime toujours à rapprocher cela des griots africains. Ils racontent l’histoire des tribus au même titre que je raconte l’histoire de la lutte des Noirs en Grande-Bretagne et en Europe.

Afrik : Quels sont pour vous les liens entre le reggae et l’Afrique ?
LKJ :
Le lien entre le reggae et l’Afrique est le même que celui qui unit l’Afrique et sa diaspora. L’Afrique est nos racines. Le peu d’héritage africain que les colons n’ont pas réussi à supprimer et que nous gardons toujours s’est incarné dans la musique, dont le reggae. Dans toutes les musiques des Caraïbes, il y a un point commun : les percussions. Percussions qui nous ramènent naturellement à la mère patrie : l’Afrique.

Afrik : Vos textes très activistes sont très importants dans votre musique. Vous avez beaucoup de succès dans un pays comme la France. N’est-il pas frustrant pour vous que vos messages ne puissent pas être compris par des publics non anglophones ?
LKJ :
Ce n’est pas frustrant. C’est une des choses auxquelles n’importe qui écrit dans sa propre langue sera confronté. Si cela avait été juste de la poésie, cela aurait été un problème. Mais elle est ici accompagnée de musique. Alors j’espère que ce que les gens ne peuvent pas comprendre en terme de mots, ils le sentiront à travers la musique.

Afrik : Votre vie a toujours été un combat. Comment gardez-vous la même flamme ?
LKJ :
Ce n’est pas difficile. Quand vous êtes noirs et que vous vivez en Europe, vous êtes toujours confrontés au racisme. La vie de tous les jours est une lutte. Vous êtes obligés d’y faire face. C’est aussi simple que ça.

Afrik : La situation a-t-elle changé depuis vos débuts ?
LKJ :
La rébellion des gens de ma génération a réussi à faire changer les choses. La situation a changé de façon significative parce que nous avons construit des organisations indépendantes, qu’elles soient politiques ou culturelles, pour nous (les Noirs, ndlr) faire entendre. Nous avons fait prendre conscience à l’establishment anglais que nous avions du pouvoir, que notre communauté était capable de mobiliser ses forces au nom de la justice. Quand j’étais enfant par exemple beaucoup de familles noires vivaient dans une seule pièce en Angleterre. Maintenant elles ont des maisons. Nous étions marginalisés, en périphérie de la société. Aujourd’hui nous en faisons parti à part entière. Nous avons une classe moyenne noire, des avocats, des enseignants, des architectes, des personnes en politique, des membres au parlement. Nous n’avions rien de tout cela à l’époque.

Afrik : La lutte est-elle finie ?
LKJ :
Nous avons fait un long chemin depuis 40 ans. Mais il y a des choses qui n’ont absolument pas bougé (en Grande Bretagne). Comme notre relation avec la police. En fait, elle est pire. Un jeune noir a trois fois plus de chance d’être arrêté ou recherché qu’un jeune blanc. Il y a un plus fort taux de chômage chez les Noirs âgés de 16 à 25 ans que chez les Blancs. Si vous commettez un premier délit, vous irez plus facilement en prison si vous êtes noir... La société britannique est raciste, la police est institutionnellement raciste, tout comme le système judiciaire. Donc la lutte pour l’égalité raciale et pour la justice sociale est un combat qui continue.

Afrik : Vous faisiez parti des Black Panthers en Angleterre. Etait-ce le même mouvement que celui qu’ont connu les Etats-Unis ?
LKJ :
Ce n’était pas la même chose. Aux Etats-Unis, il s’agissait du Parti des Black Panthers, alors qu’en Angleterre il s’agissait du Mouvement des Black Panthers. Nous étions une organisation séparée mais nous luttions plus ou moins pour les mêmes choses. Nous étions inspirés par ce que faisaient les Black Panthers américains car ils défendaient les personnes de leur communauté notamment contre la brutalité policière. Ils étaient en avance sur la question de l’égalité raciale. D’une façon plus militante de ce qu’avait fait auparavant le Mouvement des droits civils (Civil right movement).

Afrik : Que reste-t-il de cette époque ?
LKJ :
C’était une période de réveil des Noirs. Une période où tous les Noirs à travers le monde se sont levés pour dire : « Ecoutez, les choses ne peuvent plus continuer comme cela. Nous refusons d’être constamment dominés et exploités par les Blancs. Nous voulons faire quelque chose contre ça et nous voulons le faire maintenant ». Ce qui reste de cette période est la conscience du besoin de lutter et de se défendre contre l’oppression.

Afrik : Comment analysez-vous l’évolution de la musique reggae ?
LKJ :
Depuis son origine, le reggae a continué d’évoluer en absorbant constamment des influences de l’extérieur. De la musique cubaine, du rythme and blues américain...Quand vous écoutez la dancehall, avec des chanteurs comme Sean Paul, ils utilisent beaucoup de beats hip-hop.

Afrik : Mais le reggae était à l’origine une musique de protestation et il semble aujourd’hui qu’elle ait un peu perdu de cette dimension militante...
LKJ :
C’est vrai, mais je pense qu’il serait trop extrême de dire que le reggae a perdu sa conscience sociale. Elle est toujours là. Seulement nous vivons dans un monde plus matériel et beaucoup de musiciens de la jeune génération sont plus centrés sur les choses matérielles que sur les questions spirituelles ou politiques.

Afrik : Si vous aviez un message à adresser aux jeunes générations ?
LKJ :
Vous pouvez changer le monde !

- Pour acheter le dernier disque de LKJ, Live in Paris
- Aussi disponible en DVD


  


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers