27 juin 2017 / Mis à jour à 03:51 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Burundi - Ouganda - RDC - Rwanda - Matières premières - Trafic
Le coltan congolais, objet de toutes les convoitises
Le coltan congolais. Les Nations Unies crient au pillage systématique des ressources minières de la RDC et préconisent l’interdiction immédiate des exportations de minéraux et de bois en provenance du Burundi, du Rwanda et de l’Ouganda. L’opposition congolaise conteste le rapport onusien.

Exportateurs mais pas producteurs. Les Nations Unies accusent le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda de piller les ressources congolaises. Les experts onusiens s’étonnent que ces pays soient devenus exportateurs de minéraux qu’ils ne produisent pas : or, diamant, cobalt et coltan. Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a recommandé l’interdiction immédiate des exportations de minéraux et de bois en provenance de ces pays. Il suggère aussi que le Conseil de sécurité ordonne le gel, par tous les Etats membres de l’ONU, des avoirs des deux principaux mouvements rebelles congolais, le Rassemblement congolais pour la démocratie, RCD, et le Front de libération du Congo (FLC, soutenu par l’Ouganda) ainsi qu’un embargo sur les ventes d’armes à la rébellion. Le secrétaire général propose également l’idée d’étendre cet embargo aux pays soutenant les rebelles.

Touchez pas au coltan

"Il existe des lois dans la partie du Congo contrôlée par le RCD, l’exploitation des ressources se fait selon cette législation, ceci est valable pour le RCD comme pour ses partenaires étrangers, quelle que soit leur nationalité", a déclaré Azarias Ruberwa, secrétaire générale du RCD. Le mouvement rebelle a instauré un véritable Etat dans la région placée sous sa tutelle. Il a même privatisé la Société minière des Grands Lacs (SOMIGL) qui avait le monopole d’exportation du coltan - un minerai très cher utilisé dans la fabrication de produits de haute-technologie - dans les zones qu’il contrôle.

La SOMIGL, créée le 20 novembre 2000 par le RCD, devait payer un million de dollars mensuels au mouvement rebelle pour ce monopole et s’était engagée à acheter jusqu’à 100 tonnes par mois de coltan aux exploitants locaux pour les exporter. Cependant, elle n’est parvenue à acheter et à exporter que 27 tonnes il y a deux mois et 19 tonnes seulement le mois dernier. A Goma, le coltan se vend entre 100 et 200 dollars le kilo. Le coltan, ou colombo-tantalite, est utilisé dans les alliages soumis à de très hautes températures (armement et aéronautique), ainsi que dans la fabrication des téléphones portables. Les principaux gisements se trouvent en RDC.

Trois entreprises belges et une société américaine, déjà actionnaires, seraient intéressées par le rachat total de la Société minière des Grands Lacs.



à la une




communiqués

afrik-foot