29 juillet 2014 / Mis à jour à 01:59 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Kenya - Namibie - Tunisie - Femmes - Science
Ces chercheuses africaines qui font progresser la science
Trois Africaines remportent la bourse L’Oreal-Unesco pour la recherche scientifique en 2012. La Fondation L’Oréal-Unesco récompense chaque année cinq femmes scientifiques pour leurs recherches novatrices. Elle attribue également des bourses à une trentaine de chercheuses pour les aider à mener à bien leurs travaux. Cette année, trois Africaines figurent parmi les lauréates. Elles ont présenté leurs travaux jeudi à Paris. Rencontre.

La Namibienne Gladys Kahaka, chercheuse en sciences du végétal, la Kényane Peggoty Mutai, docteur en chimie médicale, et la Tunisienne Mounira Hmani-Aifa, docteur en génétique moléculaire humaine, figurent parmi les 35 femmes qui ont remporté en 2012 la bourse de la fondation L’Oréal-Unesco. Les trois scientifiques font figure d’exception en Afrique où les femmes sont sous-représentées dans le domaine de la recherche. C’est avec beaucoup de fierté qu’elles ont présenté leurs travaux jeudi à Paris.

Peggoty Mutai ne rate jamais une occasion de parler de sa passion. C’est dans la ferme familiale où elle a grandi qu’elle a découvert son attirance pour la nature. Quand la jeune femme raconte comment elle est arrivée dans l’univers de la recherche, son enthousiasme est contagieux. « Je grimpais tout le temps aux arbres. Cela m’amusait beaucoup car j’aimais bien le contact avec la nature ! J’adorais étudier la science et les mathématiques qui me permettaient de comprendre la réalité dans laquelle nous vivons ». La jeune femme, qui passe le plus clair de son temps dans son laboratoire, mène des recherches pour trouver de nouveaux traitements contre les vers parasites intestinaux. « On trouve ces vers essentiellement dans les pays pauvres dont le Kenya », précise-t-elle. Une motivation supplémentaire pour la scientifique.

C’est aussi avec un grand sourire que Gladys Kahaka parle de ses travaux. Une joie compréhensible. C’est en effet la première fois qu’une chercheuse namibienne se voit attribuer une bourse par la Fondation l’Oréal-Unesco. Avec sa veste rouge et son allure imposante, elle ne passe pas inaperçue. « J’ai vécu dans une famille qui élevait des animaux. C’est mon amour pour les animaux et les plantes qui m’a poussé à faire de la recherche », raconte-elle. La chercheuse, qui a opté pour les biotechnologies, mène des travaux sur la préservation de la richesse des ressources biologiques de la Namibie. Elle étudie actuellement le guépard et deux espèces végétales indigènes de Namibie, tous trois menacées d’extinction.

Pleine d’espoir pour l’avenir, la chercheuse, qui pèse chacun de ses mots, estime que ses recherches permettront à son pays « d’avoir une expertise, un réseau international et d’apprendre de nouvelles techniques ». Selon elle, « la Namibie a progressé dans le domaine de la science car depuis 1994, date à laquelle le pays a pris son indépendance, les autorités encouragent les jeunes étudiants à s’engager dans la recherche ». Une mesure qui lui a permis de tracer sa voie. Gladys Kahaka est aussi la maman d’un petit garçon de dix ans.

« Etre une femme scientifique en Tunisie ne constitue pas un challenge ! »

De toutes les femmes présentes à cette présentation des travaux des nouvelles boursières de la Fondation, elle est sans doute celle qui a attiré le plus les regards avec ce voile gris qu’elle arborait fièrement. Mounira Hmani-Aifa, qui étudie les origines génétiques de la surdité héréditaire, jouit d’une renommée internationale. La fondation Unesco-L’Oreal lui avait déjà attribué une bourse en 2002, lui permettant de s’envoler en Suède pour participer à des recherches sur les mutations génétiques liées à l’asthme. Cette nouvelle récompense confirme la qualité de son travail. Mounira Hmani-Aifa réussit tout ce qu’elle entreprend, aussi bien dans sa vie professionnelle que familiale. Mariée et mère de quatre enfants, cette travailleuse acharnée enseigne à temps plein à l’université tout en poursuivant ses recherches et publiant ses articles dans des revues scientifiques prestigieuses. Mais toutes ses activités ne l’empêchent pas de faire du sport, d’être membre d’une association de défense des droits des femmes, de voir ses amis et de lire sur la religion, la culture, la philosophie. « Je veux tout faire ! », dit-elle. Elle estime qu’être une femme scientifique « ne constitue pas un challenge en Tunisie où il y a plus de doctorantes que de doctorants ». « Les problèmes que je rencontre - vie de famille, grossesse, enfants - sont les mêmes que mes amies suédoises et françaises », affirme-t-elle.

Depuis quatorze ans, la Fondation l’Oréal-Unesco soutient les femmes qui font progresser la connaissance scientifique et servent de modèle aux jeunes. Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco, déplore toutefois le fait que les « femmes ne représentent qu’une faible part des scientifiques » dans le monde. « Nous n’avons pas le droit de priver la moitié de l’humanité de son potentiel et de gâcher des talents en laissant des jeunes filles se détourner d’une éducation et d’une carrière scientifique, non pas par choix mais en raison de stéréotypes discriminants ! », a-t-elle martelé.

Gladys Kahaka, Peggoty Mutai et Mounira Hmani-Aifa ont su franchir toutes les barrières qui entravaient leur chemin de femmes scientifiques. Elles incarnent l’espoir pour les jeunes femmes du continent qui souhaitent faire carrière dans la recherche ou dans n’importe quel autre domaine.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles