19 septembre 2014 / Mis à jour à 13:18 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
RDC - Corruption
RDC : Le coût de la corruption
Tout le monde est conscient des effets pervers de la corruption. Mais combien ça coute réellement ? Au-delà de l’aspect immoral de la corruption, l’économiste congolais Oasis Tedika Kodila, analyste pour unmondelibre.org, nous propose dans cette contribution une analyse bien documentée de l’impact négatif de la corruption sur l’économie en RDC. Chiffres à l’appui, l’auteur montre comment la corruption cause des pertes aussi bien pour les citoyens, les entreprises et l’Etat.

Le 16 février dernier s’est tenu à Kinshasa la première plénière de députés fraichement élus. La nouveauté tient au fait qu’une bonne partie des parlementaires de la législature précédente n’ont pas été reconduits. Une des raisons sans aucun doute est l’impression généralisée que les anciens députés n’ont pas traqué la corruption. Rappelons rapidement que sur 183 pays classés par Transparency International dans le cadre de son indice de perception de la corruption, la République démocratique du Congo occupe la 168ème place, avec une note de 2 sur 10. La présente législature, et le prochain exécutif qui ne s’est pas encore dessiné, a tout intérêt donc à s’y intéresser, notamment à cause du coût de ce phénomène.

La spécificité de la corruption en République démocratique du Congo s’explique par la présence de toutes les formes de la corruption. La corruption dans ce pays est, somme toute, systémique en ce sens qu’elle est profondément ancrée dans la société. Une telle corruption ne peut qu’être coûteuse pour la société. Des études disponibles permettent de l’affirmer avec force.

Un exemple : l’activité de taxi

En effet, Batamba Balembu, dans une étude microéconomique, estime la perte résultant de la corruption de l’ordre de 8% des recettes journalières moyennes des conducteurs des taxis et taxi-bus, dans la capitale, Kinshasa, qui sont « obligés » de payer aux policiers de la route des sommes d’argent injustifiées (racket). Ce qui représente plus de 60% du revenu moyen gagné par cette catégorie socioprofessionnelle. L’auteur explique aussi que la pratique corruptive est notamment à la base d’un déséquilibre (embouteillage, contournement des itinéraires, etc.) sur le marché des transports en commun. Concrètement, 94% des enquêtés de Batamba Balembu sont de cet avis. 47% des conducteurs recourent au contournement des itinéraires infestés par les policiers racketeurs, 48% sectionnent carrément les trajets ordinaires en sous-trajets afin de ne pas réduire les profits (du fait du racket) et 5% majorent les tarifs des transports. Conséquence : l’accès au service public est compliqué.

Une perte pour l’État

Le même auteur poursuit, dans la même étude, sa quantification du coût de la corruption en République démocratique du Congo. Il pense que 55% en moyenne des recettes du Trésor échappent à cause de la fraude fiscale liée à la corruption. L’auteur écrit : « Les manques à gagner que le Trésor public subit annuellement s’évaluent à quelque 800 millions de dollars US. Ce qui représente environ 12% de la moyenne du PIB des dernières décennies. »

Sur le tableau suivant, on peut remarquer le gap estimé entre les recettes publiques réelles et les recettes publiques que la République démocratique du Congo aurait du réaliser à l’absence de la corruption dans les décennies 80-90.

Graphique 1. Incidence de la corruption sur les recettes publiques (en millions de $ américains constants de 1995)
Source : Auteur, à partir des estimations de Batamba Balembu [2007].

L’impact sur les entreprises

Oasis Kodila Tedika et Remy K. Katshingu, dans étude récente, stigmatisent également le coût de la corruption, estimant qu’elle constitue un véritable problème pour la croissance en République démocratique du Congo à court terme, en renforçant notamment les distorsions au sein de l’économie. D’après l’enquête de Survey Enterprise de la Banque mondiale, 80,54 % d’entreprises ont dû faire des « cadeaux » pour obtenir un contrat public. 4 entreprises sur 5 ont dû verser de l’argent de façon informelle à des fonctionnaires (pour faire avancer les choses). 66,25 % d’entreprises ont fait des cadeaux pour obtenir une licence d’exploitation. Lors de rencontres avec des fonctionnaires des impôts, 64,42 % d’entreprises ont recouru aux cadeaux. Avec de tels chiffres, on se rend vite à l’évidence que l’environnement est pollué. Le climat des affaires ne peut qu’aller mal.

L’impact sur la croissance

Dans une autre étude que nous avons menée, nous avons essayé d’isoler l’effet direct de la corruption sur la croissance parce que dans un pays où la corruption est généralisée ou endémique, il est plausible d’inférer l’hypothèse d’une corruption nuisant au développement lato sensu. En effet, la corruption décentralisée, quand les pots-de-vin pouvent être réclamés par n’importe qui, caractéristique de la corruption en République démocratique du Congo, est la forme la plus nocive à la croissance. Cette nocivité de la corruption tient entre autres au fait que le taux d’exaction global est très élevé, mais aussi au fait que la probabilité de condamnation pour fait de corruption est positivement corrélée à la vigueur de la puissance publique et inversement corrélée au nombre de fonctionnaires corrompus. Il y a donc un éparpillement des personnes exigeant des pots-de-vin dans tout le pays sans se coordonner entre elles. Dans un tel cas de figure, le droit de propriété et/ou le respect de contrat sont remis en cause. L’incertitude s’accroit. Cela nuit, par conséquent, à l’activité économique. Un changement d’un point de l’écart-type (mesure de dispersion autour de la moyenne) du niveau de corruption impacterait la croissance à approximativement 4%, selon nos estimations qui se rapportent aux trois dernières décennies. Ces chiffres sont considérables. En des termes différents, réduire la corruption stimulerait la croissance.

Au terme de cette recension chiffrée, il paraît évident que les pratiques corruptives en République démocratique du Congo sont véritablement nuisibles au progrès de la société, créant plus de déséquilibre social. L’urgence s’impose afin de se tourner résolument dans la lutte contre la corruption.

Cet article est un résumé de :

Oasis Kodila Tedika, Anatomie de la corruption en République démocratique du Congo. Critique internationale.

Oasis Kodila Tedika, Corruption en République démocratique du Congo : tyrannie des nombres, Revue Congo-Afrique.

Oasis Kodila Tedika est un économiste congolais, analyste sur www.UnMondeLibre.org.

Publié en collaboration avec UnMondeLibre.org


à la une




communiqués
Une mission dépêchée en Zambie pour faire avancer des cas de droits de l’homme

Alcatel-Lucent vient d’être nommé Industry Group Leader du secteur Technology Hardware & Equipment dans l’évaluation Dow Jones Sustainability Indices 2014

Le Canada soutient la croissance économique durable en Afrique subsaharienne / Une croissance durable mue par le secteur privé est primordiale pour briser le cycle de la pauvreté

Le ministre Fast souligne les liens avec l’Afrique en matière de commerce et d’investissement / L’ouverture de nouveaux marchés pour stimuler les exportations canadiennes est essentielle à la création d’emplois et d’opportunités pour les travail

Le ministre Fast souligne les liens grandissants en matière d’investissement avec le Cameroun / Une fois en vigueur, l’APIE Canada-Cameroun offrira une protection accrue aux entreprises canadiennes qui mènent des activités dans ce pays



en bref




image du jour

dossiers

liens utiles