16 décembre 2017 / Mis à jour à 07:53 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux

Côte d’Ivoire - Politique - Télécommunications
Présidentielle 2010 : vive tension au Parti ivoirien des travailleurs
Confusion et incertitudes autour du report des voix du PIT. Le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) est en proie à une crise interne depuis quelques jours. Ses membres sont partagés quant au choix a opérer entre le camp de La majorité présidentielle (LMP) et celui du Rassemblement des Houpouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) qui se feront face au 2nd tour de la présidentielle le 28 novembre. Une crise qui a décapité le parti. Le professeur Francis Vanga Wodié, son président, a été remplacé par Angèle Gnonsoa.

De notre correspondante

Vers qui le Parti ivoirien des travailleurs reportera-t-il ses voix (il avait obtenu 0,29% des voix au premier tour) ? Depuis quelques jours toute la presse nationale attendait le choix du PIT, après que le PDCI a fait celui des houphouetistes d’Alassane Ouattara contre le président sortant Laurent Gbagbo au second tour de la présidentielle.

Après plusieurs reports, une déclaration passée vendredi sur les antennes de la télévision publique (RTI) a mis un terme à l’attente des partisans du PIT en portant la consigne de vote du 28 novembre prochain sur le candidat de LMP, Laurent Gbagbo.

Cependant cette déclaration faite par la présidente par intérim, Angèle Gnonsoa, ne reflète pas le choix de tous les membres du parti. Elle a créé une grande tension en son au sein. A la base de cette tension : le choix du camp LMP et le nouveau statut d’Angèle Gnonsoa au sein du parti.

Selon nos sources, après sa débâcle au 1er tour de la présidentielle, le Professeur Francis Wodié aurait annoncé sa démission verbalement de son poste de président du PIT au cours d’une réunion du bureau du comité central des élections de son parti. Il espérait, qu’après examen, le bureau le reconduise. Mais à sa grande surprise, la vice-présidente du parti, Angèle Gnonsoa, l’a reçue favorablement puis s’est "autoproclamée" présidente par intérim du PIT. Une attitude pas du tout du goût de certains membres du parti dont François Kouablan, le secrétaire général, qui l’a dénoncée.

Selon François Kouablan, il était plutôt question au cours de cette réunion d’opérer un choix entre le camp LMP de Laurent Gbagbo et celui du RHDP d’Alassane Ouattara avant toute déclaration publique. Ce qui aurait d’ailleurs été fait, toujours selon lui, après un vote portant le choix du PIT sur le candidat du RHDP avec 37 voix contre 23 voix pour le candidat LMP et 11 voix neutres. Pour lui, c’est la dissidence que conduit Mme Angèle Gnonsoa et non l’ensemble du parti, dont il saisira incessamment les instances pour régler ces tensions, qui aurait fait le choix du candidat Laurent Gbagbo.



dossier
Le scrutin présidentiel se tiendra ce dimanche 31 octobre en Côte d’Ivoire. Prévu depuis 2005, il a été plusieurs fois reporté. Il devrait permettre à la Côte d’Ivoire de trouver une issue définitive à la crise que connaît le pays depuis le coup d’Etat manqué du 19 septembre 2002. Plus de 5,7 millions d’électeurs sont appelés à choisir le futur président ivoirien parmi 14 candidats. Consulter les autres dossiers sur la Côte d’Ivoire : Conflit en Côte d’Ivoire Côte d’Ivoire : l’ultime processus de...


à la une




communiqués

afrik-foot