23 juillet 2014 / Mis à jour à 08:22 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Soudan - Mode - Droits de l’Homme
Le mannequin homme, un criminel au Soudan ?
Le pays accueillait son premier défilé mixte la semaine dernière. Au Soudan, la charia réprouve également le mannequinat. Surtout chez les hommes. Six mannequins en ont fait l’expérience ce week-end. Si les causes de l’arrestation restent floues, le port du maquillage serait l’une d’elles.

Quand on est un mannequin masculin, il vaut mieux éviter de défiler sur les podiums soudanais. Notamment lors du premier défilé mixte qui s’est déroulé dans le pays dans la nuit de jeudi à vendredi derniers à Khartoum, la capitale soudanaise. La police des mœurs a interpellé 25 mannequins femmes et hommes, des maquilleurs et des stylistes qui participaient à la version soudanaise de "Next Top Model Show", une émission qui déniche les futurs icônes de la mode lancé aux Etats-Unis. Les participants seront libérés dans la journée de vendredi. Ils n’auraient pas respecté la loi islamique, la charia, qui prévaut dans le Nord du pays et qui ne devrait s’appliquer qu’aux musulmans. Les mannequins ont été accusés de s’afficher dans des tenues indécentes et de boire. Les vêtements portés étaient ceux de grands couturiers internationaux comme Pierre Cardin ou Diesel et de créateurs soudanais et n’avaient rien de choquant, d’après plusieurs témoins.

On ne défile pas impunément à Khartoum

Six hommes ont été néanmoins convoqués dimanche dernier pour se voir signifier les motifs de leur arrestation qui demeurent flous. Ils n’ont été relâchés que ce lundi matin à l’aube. « Ils m’ont dit que j’étais accusé d’avoir porté du maquillage. Ils disent que les garçons ne peuvent pas porter du maquillage dans la rue. Je leur ai répondu que j’avais porté du maquillage sur la scène, mais pas dans la rue », a déclaré à l’AFP, Rashad el-Nimeiry, metteur en scène et mannequin de ce défilé.

De nombreuses femmes ont été arrêtées pour port illégal de pantalon par la police des mœurs. La journaliste Loubna Ahmed al-Hussein est l’une d’elle et a contribué à médiatiser les agissements d’un autre âge des gardiens soudanais de la vertu soudanaise.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles