24 octobre 2014 / Mis à jour à 22:05 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Guinée - Conflit - Politique
Chasse à l’homme en Guinée
A la recherche de Toumba Diakité, l’armée fait régner la terreur. Barrages routiers, fouilles de véhicules, descentes musclées, arrestations, exécutions sommaires… Les forces loyalistes ne ménagent pas leurs efforts pour mettre la main sur le lieutenant Aboubacar « Toumba » Diakité qui a blessé grièvement à la tête, jeudi, le chef de la junte guinéenne Moussa Dadis Camara. Une chasse à l’homme qui plonge la population dans la peur.

Notre correspondant en Guinée

La mise à prix de la tête du bourreau de Moussa Dadis Camara et la mise à disposition de numéros verts demeurent, ce mardi, infructueuses. Toumba court toujours. D’autres dispositions, très musclées, sont établies pour tenter de mettre le grappin sur l’homme le plus recherché actuellement en Guinée.

Depuis plusieurs jours, les barrages routiers ont été multipliés à travers tout le pays. Selon les témoignes de chauffeurs de taxi et de leurs passagers, il y a présentement six barrages entre Conakry et Coyah, distants seulement de 50 km. Tous les véhicules, taxis ou pas, sont systématiquement fouillés. Il en est de même pour le trajet Kankan-Kouroussa (située dans la région de la haute Guinée) long de 85 km.

Et ce n’est pas tout. Le ministre de la sécurité présidentielle, Claude Pivi, Alias « Coplan », et ses hommes procèdent actuellement à un ratissage des hommes en tenue et même des civils soupçonnés d’être des proches du lieutenant Aboubacar « Toumba » Diakité, ex aide de camp du leader de la junte. Lundi, vers 14 heures (heure locale),selon des témoignages concordants, Claude Pivi et ses hommes ont fait une descente musclée au quartier Cosa (zone à dominante peule habituellement hostile à Dadis) où ils auraient fusillé un marabout. Ils auraient également arrêté plusieurs personnes, dont un imam.

Trois militaires proches de Toumba ont été arrêtés ce week-end à la frontière guinéo-sierra léonaise. Ils ont été, semble-t-il, conduits au camp Alpha Yaya Diallo (siège de la junte) où ils auraient fait l’objet de tortures inhumaines. Parmi ces militaires, l’ex membre de la garde présidentielle, le sergent Mohamed II Camara, communément appelé « Beugré ». Ce dernier, qui aurait assisté à la tentative d’assassinat du chef de la junte, se serait « suicidé » selon des sources militaires.

Lire aussi :

- Guinée : comment se porte le capitaine Camara ?
- Guinée : Toumba Diakité, l’homme à abattre
- Guinée : Dadis Camara victime d’une tentative d’assassinat


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles