21 août 2017 / Mis à jour à 04:48 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Guinée - Développement - Politique
Pénuries en Guinée : le pouvoir en quête de solutions
La fourniture en eau, électricité, farine et riz reste problématique. Le chef de l’Etat, Moussa Dadis Camara, a rencontré vendredi soir, au palais du peuple, à Conakry, les importateurs de riz, de farine, et les cadres en charge de la gestion de l’eau et de l’électricité. Il a confirmé que les d’audits se poursuivraient afin de faire la lumière sur l’utilisation des deniers de l’Etat.

Notre correspondant en Guinée

D’entrée de jeu, le chef de l’Etat, Moussa Dadis Camara, s’est attaqué à la question du riz, aliment de base des Guinéens. Dans un langage conciliant, il a invité les importateurs de riz à baisser le prix du sac de 50 kg à 122 000 francs guinéens, comme convenu il y a quelques jours lors d’une rencontre au Camp Alpha Yaya Diallo. Il devrait en être de même pour la farine. Le capitaine Dadis Camara a promis de protéger le Grand Moulin de Guinée contre la concurrence déloyale. En contrepartie, cette entreprise devra à son tour produire gros et vendre le pain à prix abordable. Seulement, au cours de cette rencontre, ces importateurs n’ont fait aucune communication. On ne sait donc pas si les voeux du chef de l’Etat seront réalisés. Pour le moment, le sac de riz se négocie à 140 000 francs guinéens sur le terrain.

Concernant l’eau, le capitaine entend, sans délai, descendre sur le terrain pour creuser des forages. il ira avec tous ses ministres à travers les cinq communes afin d’atténuer le calvaire des populations durement éprouvées par la crise du précieux liquide. Il s’offusque de voir, de nuit comme de jour, femmes et enfants les bidons en bandoulière en quête d’eau. Pour le cas de l’électricité, Moussa Dadis Camara a annoncé qu’une partie des montants recouvrés dans le cadre des audits va être investie dans l’électricité en vue d’améliorer la desserte Car, « il faut, a-t-il précisé, compter sur nos ressources propres ».

Poursuite active des audits

Cependant, le capitaine compte aussi sur les fonds que le Premier ministre Komara et sa suite pourraient ramener de leur mission à Dakar, où ils sont en discussion avec des partenaires financiers. Qu’à cela ne tienne, certaines dispositions ont été annoncées par le ministre en charge de l’énergie. Si l’on en croit le ministre Thiam, les jours et semaines qui suivent, il y aura une amélioration à ce niveau. Et le capitaine de reprendre la parole en disant que la Guinéenne d’électricité (EDG) doit être auditée pour, sans nul doute, voir plus clair dans le crédit revolving, et faire le point sur l’ère de Kouyaté à la primature. Car, a-t-il poursuivi, chaque mois l’Etat donnait 7 milliards pour honorer ses factures. Où est passé tout cet argent ? S’est interrogé Moussa Dadis Camara qui, reconnaissant une part de responsabilité à l’Etat, a accusé EDG de mauvaise gestion. C’est pourquoi il envisage de mettre en place un Conseil d’administration indépendant d’EDG afin de gérer d’éventuelles subventions de l’Etat et de partenaires au développement. Des décisions auxquelles il faut ajouter l’imminente restructuration d’EDG et de la SEG.

Sur instruction du président des audits, le général Sékouba Konaté, ministre de la Défense, l’agent judiciaire de l’Etat, maître Mathos, a rendu publics les premiers résultats. A la date du 15 mai, ce sont près de 175 milliards de francs guinéens qui ont été recouvrés. Et maître Mathos a précisé que les audits continuaient de plus belle. Les comptes de la banque centrale, les frais d’évacuation sanitaire des hauts cadres de l’Etat, le port autonome de Conakry, seront tous audités. Tous les contrats avec des particuliers relatifs aux fournitures des véhicules et autres engins, EDG, SEG ... le seront également.



à la une




communiqués

afrik-foot