17 août 2017 / Mis à jour à 09:46 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Etats-Unis - Racisme
Emeutes à Oakland après le meurtre d’un jeune noir
Oscar Grant, âgé de 22 ans, était père d’une fillette de quatre ans.. Une bavure policière a provoqué de violentes émeutes à Oakland, en Californie, mercredi 7 janvier, au cours de laquelle plus de 100 personnes ont été arrêtées. Oscar Grant, un jeune afro-américain, avait été tué d’une balle dans le dos, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, lors d’une banale intervention de la police sur un quai de métro.

Oscar Grant
Oscar Grant

De violentes émeutes ont éclaté mercredi 7 janvier aux Etats-Unis, dans la ville d’Oakland, suite au meurtre dans la nuit de la Saint-Sylvestre d’un jeune afro-américain par un policier. La nouvelle du drame s’est propagée comme une traînée de poudre, après la diffusion sur Youtube de vidéos montrant la scène où le jeune homme est abattu sur le quai d’une rame de métro.

La scène se déroule à la station de métro Fruivale, le premier janvier 2009 vers 2h du matin, sous l’œil perplexe de dizaines de témoins. Des agents de la BART (la police des transports de la région), appelés à intervenir après une bagarre, font sortir plusieurs hommes sur le quai, parmi eux Oscar Grant. La rame est alors immobilisée, permettant à plusieurs passagers de filmer l’arrestation à l’aide de leur téléphone portable.

Mort en direct

Les vidéos montrent trois hommes alignés sur le quai, les mains en l’air. Oscar Grant, entouré de trois policiers, se retrouve subitement plaqué au sol, face contre terre. Quelques secondes de flottement, puis un des policiers dégaine son arme et tire dans le dos de Grant, pourtant toujours plaqué au sol et apparemment désarmé. La balle passe à travers le dos, perfore les poumons puis va ricocher sur le sol, indique l’avocat de la victime à la chaîne de télévision locale KTVU. Oscar Grant, 22 ans, succombera à ses blessures quelques heures plus tard.

Oakland Burning

Pour dénoncer la bavure policière, une manifestation a été organisée à la mémoire du jeune homme dans la journée de mercredi. Une partie des manifestants s’est ainsi rendue à la station de métro Fruivale, l’endroit où Oscar Grant a été tué, tandis que d’autres se sont allongés sur le sol, les mains dans le dos, évoquant la position dans laquelle se trouvait la victime au moment du drame.

La manifestation devait bien entendu être pacifique mais les choses ont dégénéré lorsque de jeunes personnes se sont mises à insulter les policiers, puis à leur lancer des projectiles, à mettre le feu aux poubelles et à briser des vitrines de magasins.

Les affrontements se sont poursuivis une bonne partie de la nuit, et se sont soldés par l’arrestation de 105 personnes, rapporte encore KTVU. Dans leur histoire récente, les Etat-Unis ont connu bon nombre d’émeutes ayant pour cause des bavures policières ou des crimes racistes. Celles, particulièrement violentes d’avril 1992 à Los Angeles, avaient fait, en six jours, une quarantaine de morts, conduit à 4000 arrestations et coûté presque un milliard de dollars en dégâts matériels. Ces violences avaient éclaté après qu’un jury composé essentiellement de Blancs eut acquitté quatre officiers de police accusés d’avoir passé à tabac un conducteur noir, Rodney King.

Les manifestations filmées le 7 janvier

Droits civiques bafoués

En ce qui concerne le meurtre d’Oscar Grant, une hypothèse selon laquelle le policier se serait trompé en voulant sortir son Tazer, a été évoquée par des experts de la police. Idée qui laisse sceptique l’avocat de la famille de la victime, John Burris, qui a qualifié de « honteux » le tir du policier, d’origine latino-américaine, et indiqué que la famille avait porté plainte pour violations des droits civiques et usage excessif de la force ayant entrainé la mort. La famille a par ailleurs réclamé réclamant 25 millions de dollars de dommages et intérêts. L’agent de police auteur du coup de feu, et qui fait l’objet d’un enquête, avait de son côté été suspendu, avant de démissionner le mercredi 7 janvier. Employé dans un supermarché, était père d’une petite fille de quatre ans.



à la une




communiqués

afrik-foot