27 août 2014 / Mis à jour à 14:42 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Politique - Racisme - Religion - Crime et banditisme - Droits de l’Homme
Islamophobie, le nouveau fléau français ?
L‘incendie d’une mosquée, dans la banlieue de Lyon, soulève la colère des musulmans. Les actes racistes à l’encontre des musulmans défrayent la chronique. Après la profanation des tombes dans le cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Nord de la France, c’est au tour de la mosquée de Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon, d’être prise pour cible. Samedi, ce lieu de culte a été partiellement endommagé à la suite d’un incendie d’origine criminelle. Cet acte qualifié d’ « odieux » révèle les problèmes d’une société française en proie à la montée de l’islamophobie.

La colère gronde au sein de la communauté musulmane en France. Dimanche, plus d’un millier de musulmans, juifs et chrétiens ont manifesté devant la mosquée de Saint-Priest, située dans la banlieue de Lyon, pour exprimer leur « colère et leur incompréhension » face à la « recrudescence et à la montée significative de l’islamophobie en France ». Cette manifestation fait suite à l’incendie criminel qui a endommagé, samedi, ce lieu de culte. Plusieurs élus ont rejoint le rassemblement de dimanche : le maire de Lyon Gérard Collomb, et la maire de Saint-Priest, Martine David. Tous ont dénoncé avec véhémence cet acte « raciste » et « odieux ». « Je souhaite que les auteurs de cet acte inqualifiable soient rapidement identifiés et jugés », déclare, dans son communiqué de presse, Martine David.

La stigmatisation des musulmans

Même discours à l’Elysée. Le président français, Nicolas Sarkozy, a condamné « avec la plus grande fermeté » ce geste. Pourtant, aucun membre du gouvernement n’a fait le déplacement à Saint Priest. Une absence qu’Azzedine Gaci, président du conseil régional du culte musulman, déplore : « Nicolas Sarkozy aurait dû être présent pour que l’opinion publique prenne conscience de la gravité de ces actes islamophobes ».

Cet incendie fait écho à la profanation de tombes musulmanes au cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Nord de la France, survenue le 8 décembre dernier. Des incidents qui suscitent la colère du recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane. « Je suis dégoûté, consterné. Avec cet incendie, on a vraiment passé le Rubicon ! », s’insurge-t-il. Pour lui, ces actes sont les conséquences d’un discours politique ambiant qui stigmatise les musulmans. « Les pouvoirs publics dépeignent des personnes qui égorgent des moutons dans leur baignoire et parlent de d’islam radical. La réalité est tout autre ».

12 actes racistes enregistrés depuis 2004

Selon le rapport Du respect des morts à la mort du respect, dirigé par deux députés UMP, André Flajolet (Pas de Calais) et Jean-Frédéric Poisson (Yvelines), un acte de profanation de sépultures surviendrait tous les 2-3 jours en France. Un chiffre inquiétant, selon Azzedine Gaci. « Depuis 2004, j’ai référencé 12 actes à caractères islamophobes rien que dans la région Rhône-Alpes. L’islamophobie est maintenant devenue palpable. Suite aux attentats de septembre 2001, les gens font de plus en plus l’amalgame entre les intégristes et les “simples musulmans” qui prônent le partage et l’entraide », précise-t-il. Pour éviter que de tels actes se reproduisent, le président du conseil régional du culte musulman a demandé une série de mesures : « l’installation de caméras de surveillance, la création d’une cellule de veille et de suivis des incidents islamophobes et la mise en place d’une action forte contre toutes les formes de racisme ».

« La France n’est pas raciste »

A la ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), on ne parle pas d’islamophobie mais plutôt d’actes racistes contre les musulmans. « Islamophobe désigne celui qui s’attaque aux dogmes. Or, pour le cas de l’incendie de la mosquée, ce sont les personnes, les musulmans qui sont pris pour cibles », précise, Richard Ferrero, le président de la LICRA. Pour lui, ces actes seraient perpétrés par des gens issus des mouvances d’extrême-droite. « La France n’est pas raciste, seulement une minorité d’individus commettent ces actes. Dans leur logique, les arabes, les juifs sont nuisibles. Ils les choisissent comme les bouc-émissaires de leur angoisse et de leur crainte ».

Les actes racistes naissent de l’ignorance et de la stigmatisation. Nicolas Sarkozy le sait bien. N’a-t-il pas déjà parlé de « ces Français moyens qui égorgent le mouton dans la baignoire et excisent leur fille »… ?

Lire aussi :

- France : 148 tombes de soldats musulmans profanées
- Manifeste contre l’ignorance : manifeste contre l’islamophobie
- Condamnation d’attaques racistes contre deux mosquées


lire aussi
Le saviez-vous ? « Chaque jour en France, un individu est victime d’islamophobie. »

Ce week-end, l’Hôtel de ville de Paris accueille la 19ème édition du Maghreb des livres. Nadia Henni-Moulaï, journaliste et auteur, y présentera son second livre, Petit précis de l’islamophobie...


à la une




communiqués
Le Swaziland mise sur l’agriculture commerciale / Une initiative du gouvernement cible des milliers d’agriculteurs avec le soutien de l’UE et de la FAO

Le groupe United Bank for Africa nomme Tony O. Elumelu président de son conseil d’administration

APRÈS LA SIGNATURE DE LA MATRICE DE MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE CESSATION DES HOSTILITÉS AU SOUDAN DU SUD, M. BAN KI-MOON APPELLE LES PARTIES À RESPECTER LEUR ENGAGEMENT

RDC / Sénégal : La justice sénégalaise fait suite à la plainte en compétence universelle de la FIDH et des familles dans l’affaire Chebeya-Bazana

Le gouvernement du Canada travaille de concert avec le secteur privé afin d’accélérer la croissance économique durable dans les pays en développement / Le ministre Paradis préside la première réunion du Comité directeur de l’Initiative de re



en bref




image du jour

dossiers