24 novembre 2014 / Mis à jour à 22:35 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Italie - Libye - Coopération - Colonisation
Kadhafi et Berlusconi soldent le passé colonial de l’Italie en Libye
Cinq milliards de dollars de dédommagements. Le colonel Kadhafi a qualifié le traité d’amitié et de coopération signé à Benghazi entre son pays et l’Italie d’"historique", déclarant que la cérémonie de signature de ce document marque la défaite du colonialisme. Aux termes de ce traité, Rome a présenté ses excuses solennelles à Tripoli et s’est engagée à lui verser, sur une période de 25 ans, cinq milliards de dollars américains au titre de dédommagements pour la période coloniale.

Avec Panapress

La tyrannie a un prix qui doit être payé par le tyran aux opprimés, a indiqué le dirigeant libyen, qui a martelé que le colonialisme est un projet voué à l’échec dans lequel les vainqueurs du début finissent toujours par être les perdants.

Se déclarant optimiste quant à l’avenir des relations entre Rome et Tripoli, le leader libyen, a affirmé que les peuples libyen et italien sont aujourd’hui ensemble contre le colonialisme, l’oppression des peuples, l’occupation des terres des autres, le terrorisme, la plantation de mines et l’assassinat des enfants et des femmes.

Le peuple libyen, qui a été opprimé et agressé chez lui mérite des excuses et des dédommagements, a dit le colonel Mouammar Kadhafi, qui a également félicité le peuple italien pour avoir pu vaincre le fascisme et décider avec courage d’enlever ses séquelles odieuses non pas seulement sur le peuple libyen mais aussi sur le front de la nation italienne.

Il a également précisé à ce propos que l’Italie d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier et que les affronts de l’époque odieuse du fascisme doivent être rejetés sur l’Italie royale et fasciste, Pour lui, l’Italie d’aujourd’hui est un pays libre qui méprise et condamne le colonialisme.

Il a affirmé aussi que la signature de ce traité ouvre une nouvelle ère, tourne une page odieuse du passé et ouvre une voie pour l’amitié, la coopération et le partenariat qui feront de la mer Méditerranée un pont stratégique pour le passage des produits, des services, des touristes, des étudiants, des oléoducs et des gazoducs. Selon lui, le présent traité est de nature à contribuer à faire de la Méditerranée un havre de paix.

Un accord à plusieurs niveaux

Le président du Conseil italien, Silvio Belusconi, s’est félicité de la signature de ce traité d’amitié et de coopération, affirmant que cet accord ferme le dossier du passé colonialiste italien de la Libye.

M. Berlusconi a souligné que ce traité permettra d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre Rome et Tripoli et jette les fondements d’une base solide pour le travail en commun entre la Libye et l’Italie dans tous les domaines économiques, sociaux, politiques et en matière des questions internationales.

Aux termes de ce traité, l’Italie va verser 5 milliards de dollars, étalés sur les 25 prochaines années, cette somme permettra en particulier de construire une autoroute côtière devant relier l’ouest de la Libye (à partir des frontières avec la Tunisie) à l’est du pays (jusqu’aux frontières avec l’Egypte). Elle payera aussi des dédommagements aux victimes de l’occupation et s’engage également à fournir à Tripoli des informations sur le sort d’environ 5.000 libyens exilés vers des îles italiennes inhabitées lors de l’invasion italienne de la Libye.

En contrepartie, le gouvernement italien espère que Tripoli renforcera le contrôle de ses côtes afin de lutter contre l’émigration clandestine. Enfin, même si ce point n’est pas évoqué officiellement, cet accord devrait assurer à l’Italie un accès privilégié aux ressources de pétrole et de gaz libyen qui représentent déjà plus de 25% de la consommation italienne.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers