22 décembre 2014 / Mis à jour à 17:01 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
dossier : Excision

Ouganda - Tradition
En Ouganda, l’excision divise le gouvernement et les tenants de la tradition
Un projet de loi prévoit d’interdire la pratique. Le gouvernement ougandais envisage d’interdire les mutilations génitales féminines (MGF) mais les tenants de la tradition s’y opposent, estimant qu’une telle interdiction violerait leurs droits traditionnels.

Dans le cadre d’un projet de loi présenté devant le parlement mercredi, le gouvernement indique qu’une personne reconnue coupable de se livrer à ces pratiques sera punie d’une peine d’emprisonnement de sept à dix ans ou d’une amende d’au moins un million de shillings ougandais (environ 540 dollars).

"La mutilation génitale féminine est une violation ou une tentative de violation de l’intégrité physique de l’organe féminin, soit par une ablation totale ou partielle, l’excision, l’infibulation ou la désensibilisation", indique le projet de loi qui doit être débattu.

Les députés du forum parlementaire sur la population, la sécurité alimentaire et le développement ainsi que les membres féminins du parlement ougandais, soutiennent ce projet de loi.

"Cette pratique est la pire forme de mauvais traitement fait aux femmes. Elle est brutale et douloureuse et il faut y mettre fin", a déclaré la députée Margaret Baba Diri pour soutenir le projet de loi, proposé par Dora Byamukama, la Directrice du Droit et du Plaidoyer pour les femmes en Ouganda.

Selon le projet de loi, un membre du corps médical se livrant à cette pratique risque de perdre son autorisation d’exercer.

Le projet de loi ne considère par conséquent pas les croyances, la coutume, la tradition, l’application des rites ou le consentement comme des raisons valables, ce qui signifie que ses premières victimes vont probablement être les tenants de la tradition.

Conscient de la faiblesse de l’amende, le projet de loi propose la peine de mort", a déclaré Christopher Kibanzanga, un député favorable à ce projet. La députée Grace Oburu a pour sa part estimé que les sanctions n’étaient pas suffisamment prohibitives et en a réclamé de plus dures.

Il convient de souligner que certains membres des tribus connues pour pratiquer les MGF, ont affirmé qu’ils continueront à le faire malgré la nouvelle loi pénalisant ces actes.

"C’est notre culture et nous la chérissons. Ceux qui y sont opposés doivent respecter nos droits traditionnels", a déclaré Agnés Suuto, une membre de 42 ans de l’ethnie Sabiny dans la région de Kapchorwa de l’est de l’Ouganda. "Plusieurs d’entre nous qui ont subi cette pratique n’ont pas de regrets et la plupart des filles qui s’y opposaient auparavant poussent désormais secrètement leurs aînées à les initier.

"Du moment que personne ne se plaint dans les communautés qui pratiquent ces rites, pourquoi ceux qui ne les pratiquent pas s’en plaignent", s’est demandé Mme Suuto.

En Ouganda, l’excision est pratiquée depuis la nuit des temps parmi la communauté Sabiny, une sous-tribu des Kalenjin, qui vivent au pied de la Montagne Elgon à la frontière avec le Kenya.


dossier
Pratique culturelle controversée, l’excision rencontre de nombreux détracteurs qu’ils considèrent comme une atteinte à l’intégrité physique et à l’intimité des femmes. Un combat mondial s’est engagé sur la question pour mettre fin à cette tradition.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles