Vidéo-Algérie : les images de Bouteflika et Jean-Marc Ayrault truquées

« Le Petit Journal » de Canal + a démontré que les images de la rencontre entre Abdelaziz Bouteflika et Jean-Marc Ayrault, lundi à Alger, ont été truquées. Explications.

Depuis son accident vasculaire cérébral (AVC) en avril 2013, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika n’a fait aucune apparition publique depuis son retour à Alger, si ce n’est une brève apparition à la télévision lors du Conseil des ministres, en septembre. Ce silence radio de la Présidence algérienne a généré bon nombre de commentaires sur sa capacité à diriger le pays.

La visite du Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, lundi à Alger, a été l’occasion pour les Algériens de voir leur Président à la télévision. Seulement voilà, les images de cet entretien diffusé par la télévision nationale laissent perplexe. On aperçoit un Président algérien faible, mais capable de tenir une conversation. Pourquoi ne fait-il donc pas de même pour s’adresser au peuple algérien ? Tout simplement, car la télévision officielle algérienne a truqué les images. Les trois gestes de la main de Bouteflika, mimant une discussion avec Ayrault, ont été répétées en boucle au moins trois fois, en utilisant trois plans différents de caméras, comme l’explique ci-dessous « Le Petit journal » de Canal +.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Le Petit Journal du 18/12 – Jean-Marc Ayrault en Algérie

Les internautes algériens s’insurgent contre un système de censure absurde, qui « ridiculise le pays aux yeux du monde entier ». Les Algériens en veulent également au chef du gouvernement français qui s’est consciemment rendu complice d’une « mascarade » visant à permettre à Bouteflika de briguer un quatrième mandat malgré son état de santé inquiétant.

Sur les séquences diffusées par la télévision algérienne, on retiendra surtout l’image d’un Président peu réactif, les yeux figés et grand ouverts et qui ne semble pas tellement conscient de la réalité. Tout le contraire de ce qu’a déclaré lundi dernier le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal : « Il va très bien, il vous embrasse ».