Venez rendre hommages aux Héros de France Venus d’Afrique et d’’Ailleurs

Commémoration à l’occasion de la Victoire du 8 mai 1945, la 9ème édition Semaine Internationale de la Mémoire, du Souvenir des Tirailleurs Africains, Troupes Coloniales, Indigènes, Combattants d’Outre-Mer, de Madagascar et d’Indochine, morts pour la France lors des deux guerres mondiales de 1914-18 et de 1939-45

Dimanche 7 Mai de 17h 30 à 18h 30

Commémoration et Cérémonie de Ravivage de la Flamme du Souvenir et du Dépôt de la Gerbe du souvenir à la Mémoire des Tirailleurs Africains et d’Outre-Mer

Sous l’Arc de Triomphe, sur la Tombe du Soldat Inconnu, sur les Champs Elysées, à la Mémoire des Tirailleurs Africains.

Pays à l’honneur : le Cameroun et le Sénégal.

Qui sont ces Héros de France, venus en nombre d’Afrique, d’Asie, de Madagascar et qui ont donné leur vie pour la France et pour la Liberté ?
Le 21 juillet à Plombière-Les-Bains, fût signé le décret de la création du corps des Tirailleurs Africains par NAPOLEON III, sous l’impulsion du gouverneur général pour l’Afrique occidentale, Louis FAIDHERBE. Ce corps de troupes se couvrira de gloire dans toutes les campagnes où la France sera engagée sous le nom de Tirailleurs Sénégalais.

Le nom de « Tirailleurs Sénégalais » remonte à 1857 lorsque le premier bataillon est créé à Saint-Louis du Sénégal.

 1ère Guerre Mondiale 1914-1918, les Tirailleurs venus des colonies étaient plus de 555.491 soldats, dont 78.116 ont été tués. L’Afrique noire a, pour sa part, offert 164.000 combattants dont 33.320 furent tués, l’Indochine 43.430, 1.123 tués, l’Ile de la Réunion 14.423, 3 000 tués, Guyanne-Antilles 23 000, 2037 Tués.

 2ème Guerre mondiale (1939-1945): La première armée d’Afrique qui débarqua en Provence, le 15 août 1944, cette armée de 400.000 hommes, comptait 173 000 arabes et africains. De juin 1940 à mai 1945, 55 000 Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d’Afrique noire furent tués.

L’Afrique offrira à la France plus de 200 000 de ses fils. Les régiments de Tirailleurs écriront dans le sang les pages des combats acharnés de la campagne de France en 1940. Les Africains et les Antillais seront les premiers à fonder les maquis de la résistance dans les Vosges ou le Vercors. Lors des guerres coloniales de la France en Indochine de 1945 à 1954, plus de 60000 Africains combattront. Versailles, Hyères, Marseille, Sète, Morlaix et sa phase la plus sanglante qui s’écrira à Thiaroye au Sénégal, toutes réprimées impitoyablement par l’autorité militaire avec l’aval du pouvoir politique en 1945. Les problèmes liés à cette injustice ne sont toujours pas réglés à ce jour, malgré les engagements des pouvoirs politiques successifs. Les lieux des massacres des Tirailleurs témoignent de leurs grands faits d’arme.

Clamecy, Airaines, Erquinvilliers, Cressensacq, Montluzin et surtout Chassenay, où est érigé le symbole emblématique de leur martyr. Les régiments de Tirailleurs Africains feront honneur à la France.

Distinctions, médailles, décorations seront décernés à titre individuel ou collectif pour leurs hauts faits d’armes au titre de brigades, divisions ou armées.

Le nom de « Tirailleurs Sénégalais » remonte à 1857 lorsque le premier bataillon est créé à Saint-Louis du Sénégal. De cette unité, vont découler toutes celles d’Afrique noire francophone.