Lenali, une application de messagerie innovante et sur mesure pour les Maliens

Mamadou Gouro Sidibé citoyen du Mali aurait pu continuer sa vie confortable en travaillant pour le Centre national de la recherche scientifique français (CNRS), mais en 2017, il a décidé de retourner dans son pays pour développer Lenali, une application de réseau social basée sur la voix.

Contrairement à Facebook, Instagram et Viber, des applications qui s’appuient sur des messages écrits, Lenali fonctionne avec le langage parlé. Il compte déjà 60 000 utilisateurs. Lenali intègre des langues locales telles que le bambara, le soninké, le songhaï, le mooré et le wolof, ainsi que le français, rendant l’application accessible aux personnes sans éducation formelle, y compris celles des zones rurales.

Tout le monde peut télécharger l’application, s’inscrire en ligne et l’utiliser. Sur Lenali, les utilisateurs peuvent sélectionner leur langue, taper ou enregistrer leur nom, poster et commenter à voix haute sans rien lire. Les messages peuvent être n’importe quoi, des mises à jour personnelles aux photos, en passant par les nouvelles. M. Sidibé pense même que les gens pourraient utiliser Lenali pour dynamiser leurs affaires. Un vendeur de mangues peut publier une photo, ajouter un fichier audio indiquant son emplacement et demander aux personnes qui souhaitent davantage d’informations de commenter par messages vocaux.

«Tout est fait pour que l’utilisateur n’ait pas besoin de compétences en écriture», déclare M. Sidibé, bien que l’application accepte également les publications écrites. Pour l’entrepreneur, l’application est une solution sur mesure à un problème local. Le taux d’alphabétisation au Mali est inférieur à 50%, selon l’UNESCO, ce qui explique peut-être pourquoi le nombre d’utilisateurs de Facebook dans le pays a stagné à 9%, malgré la baisse des prix des téléphones mobiles et l’augmentation de l’accès à Internet.

M. Sidibé a déclaré que son objectif était de promouvoir l’inclusion numérique, d’abord au Mali, puis dans d’autres pays d’Afrique. «Parce que les problèmes au Mali sont les mêmes dans la majorité des pays d’Afrique, l’application pourrait fonctionner n’importe où et à l’avenir, nous pouvons ajouter plusieurs langues. « 

Selon M. Sidibé, 44 ans, Lenali a été conçu de manière improbable dans un supermarché lorsque quelqu’un lui a demandé de l’aide pour utiliser l’application de messagerie en ligne Viber. Cela a semé une graine pour l’entrepreneur en informatique, en lui donnant l’idée de créer une plate-forme qui s’adresse aux personnes qui ne peuvent pas utiliser les applications de messagerie textuelle, a déclaré M. Sidibé à Africa Renouveau.

Actuellement, certaines organisations non gouvernementales locales, telles que le Réseau national pour le développement des jeunes filles et des femmes du Mali, utilisent Lenali à des fins de mobilisation sociale.

«Une partie essentielle des informations que nous publions concerne la santé reproductive, la violence sexiste et l’alphabétisation», déclarent Hawa Niakate et Aminata Camara, qui travaillent pour l’organisation. « Nous utilisons le réseau social Lenali pour atteindre tout le monde. »

Deux utilisateurs de Lenali, Ada et Ladji, affirment qu’ils font de la publicité pour des services et produisent des légumes tels que des légumes sur la plateforme, tout en l’utilisant pour héberger leur CV. Le processus est simple: ils enregistrent leurs voix dans une langue locale et publient les messages sur la plate-forme, dans l’espoir de toucher des dizaines de milliers d’utilisateurs.

Le démarrage de Lenali n’a pas été sans difficultés, rappelle M. Sidibé. «Lorsque j’ai créé mes deux premières entreprises en 2014, il n’y avait pas d’incubateur au Mali. Peut-être que mes projets auraient eu plus de succès avec l’aide d’un incubateur. » Les incubateurs sont des entreprises qui soutiennent les nouvelles entreprises avec des bureaux, une formation à la gestion et un financement.

La persévérance, explique M. Sidibé, est ce qui motive son esprit d’entreprise. «Une fois que vous avez un bon projet, vous devez être motivé et vous donner les moyens de réussir.» Il exhorte tous les jeunes entrepreneurs en Afrique à explorer les opportunités de l’industrie numérique.

par Caroline Dubois