Un haut représentant de l’ONU s’alarme de la situation des enfants congolais

La Représentante Spéciale de l’ONU pour les enfants dans les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, est en visite en RDC. Elle est venue discuter avec les autorités congolaises des questions liées aux enfants associés aux groupes armés, de la violence sexuelle et de l’impunité des auteurs de tous ces forfaits.

Par notre correspondant en RDC

Pendant le séjour de près de 6 jours qu’elle a débuté dimanche dernier en République Démocratique du Congo, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour les enfants et les conflits armés rencontre différentes autorités congolaises (gouvernement, société civile, ONG,…) ainsi que celles de l’ONU.

A son arrivée à Kinshasa, le soir du dimanche 4 mars, Mme Radhika Coomaraswamy, qui, selon un communiqué de l’Onu publié la veille, attache une attention particulière à la question des enfants associés aux groupes armés, aux violences sexuelles et à l’impunité, a déclaré à la presse : « Je suis venu ici pour soulever certaines préoccupations concernant les enfants avec le gouvernement et la société civile ». Ces inquiétudes, a-t-elle poursuivi, concernent le problème de l’impunité des violations graves des droits de l’enfant et des droits de l’Homme, notamment, le recrutement des enfants, leur désarmement et leur réintégration ainsi que les problèmes liés aux violences sexuelles.

Après une rencontre avec les plus hautes autorités gouvernementales, Mme Coomaraswamy s’est réjouie de constater qu’il y a un engagement de la part du gouvernement et les agences des Nations Unies pour considérer ces problèmes. Elle a indiqué que « le Premier ministre et le Ministre de la Défense m’ont assuré que le gouvernement va traiter ce sujet avec priorité ».

« L’objectif de cette mission est d’évaluer la situation des enfants sur le terrain, en vue de collaborer avec tous les intervenants pour assurer une plus grande protection des enfants en cette période de reconstruction et de consolidation de la paix », indique un communiqué de la Mission de l’ONU en RDC.

Réinsérer les enfants soldats, un défi majeur

Mme Coomaraswamy s’est également rendue dans l’est du pays, notamment à Bukavu (Sud-Kivu), à Goma (Nord-Kivu) et dans le district de l’Ituri (nord-est), marqués par des conflits armés. Elle y a rencontré des acteurs non gouvernementaux, des membres de la société civile et des enfants affectés par le conflit, où elle a vu de ses propres yeux les conséquences affreuses de les violations des droits de l’enfance, surtout l’utilisation par les différents groupes armés,d’hier et d’aujourd’hui, d’enfants comme soldats, ainsi que les violences sexuelles quotidiennes qu’ils subissent. La diplomate onusienne a également affirmé que la mission de l’Onu en Rdc, MONUC, «collabore à l’identification des mineurs parmi les ex-combattants dans le processus de démobilisation », avant d’ajouter que « bientôt le PNUD, l’UNICEF et la Banque Mondiale vont aussi s’associer au processus de réintégration de ces enfants ».

Quant au sujet de la réintégration des enfants ex-combattants, Mme Coomaraswamy a reconnu que « c’est le plus grand défi au Congo » Elle propose deux solutions : La première, c’est d’aider l’enfant, dans ses besoins psychosociaux, l’encadrer et lui donner l’éducation et le savoir faire pour qu’il s’ouvre au monde avec confiance. Et la seconde préparer la communauté pour qu’elle reçoive ces enfants. Cela implique, poursuit-elle, qu’on commence à avoir des systèmes scolaires, des facilités sportives, des centres de recréation, des centres de santé et des groupes de jeunes. Avec tout cela, ces enfants pourront être intégrés plus facilement dans leurs communautés, conclut-elle.

En Rdc, il existe une structure gouvernementale chargée de la démobilisation des ex-combattants, en général : La CONADER (Commission Nationale de Désarmement, démobilisation et réinsertion). Cette structure rencontre d’énormes difficultés financières pour son fonctionnement.

La Représentante de Ban Ki-Moon, qui a reconnu cette difficulté, a néanmoins indiqué que la communauté internationale est très préoccupée par ce sujet, mais que pour le moment elle est en train de réfléchir sur la manière dont elle peut contribuer le mieux à ce processus. Avant d’ajouter et de conclure qu’« en ce qui concerne la réintégration qui s’inscrit dans le long terme, il y a des discussions sur cette question et j’espère que dans les prochains mois on aura des résultats concrets ».