Tunisie : Moncef Marzouki lance un mouvement contre le retour à la dictature

Le candidat vaincu à la Présidentielle, Moncef Marzouki, ne compte pas quitter la scène politique. Bien au contraire, il a annoncé qu’il lançait un mouvement destiné à éviter le retour de la dictature en Tunisie.

Moncef Marzouki, qui a dirigé la Tunisie durant la transition, a perdu l’élection présidentielle face au Beji Caïd Essebsi. Une défaite qui ne l’empêche pas d’annoncer la création d’un mouvement contre le « retour à la dictature ». Lors de son dernier discours à son quartier général de campagne, Moncef Marzouki précise que « la nécessité de former ce mouvement est d’abord d’empêcher le retour à la dictature parce qu’il y a malheureusement parmi ces gens des extrémistes qui veulent ramener la Tunisie au passé, et cela peut constituer un danger pour la stabilité du pays».

Garant de la révolution

Celui qui se considère comme le garant de la révolution craint avec le nouveau Président Beji Caïd Essebsi, qui a été un ministre de Bourguiba et président du Parlement, un retour à l’ancien régime. Une vision partagée par une partie de la population tunisienne qu’il souhaite rallier à sa cause. « Aujourd’hui, on a une opposition qui est forte en Tunisie, et qui est consciente du retour à la dictature, on est méfiant, mais on n’a pas peur ».

Afin d’éviter le retour à la dictature, Moncef Marzouki appelle ses partisans à s’unir au mouvement comme un seul homme, en s’organisant de manière pacifique. « Partout, organisez-vous de manière pacifique, de manière démocratique pour être la force qui repousse la dictature, qui lui fait peur et l’empêche de tenter de s’infiltrer et de revenir par la fenêtre, alors que nous l’avons fait sortir par la porte. »

Le nouveau Président, Beji Caïd Essebsi a, lors de sa victoire, affirmé être le Président de tous les Tunisiens, tout en promettant d’être le garant des libertés lors de son mandat.