Tunisie : « Je ne ferai pas de miracles », avoue Mehdi Jomaâ

Chargé vendredi de former un cabinet d’indépendants pour conduire la Tunisie vers des élections en 2014, Mehdi Jomaâ a prévenu qu’il ne ferait pas de « miracles ».

Ce vendredi , le Président tunisien, Moncef Marzouki, a chargé Mehdi Jomaâ de former le prochain gouvernement qui sera chargé de sortir la Tunisie d’une profonde crise politique et d’organiser des élections. L’annonce a été faite par le Premier ministre depuis la présidence.

A la suite de sa nomination par le Président Moncef Marzouki au lendemain de la démission d’Ali Larayedh actant le départ volontaire du pouvoir des islamistes d’Ennahda, Mehdi Jomaâ a quinze jours pour former son équipe.
Dans un bref discours télévisé de cinq minutes, Mehdi a été on ne peut plus clair : « Je ferai de mon mieux, mais je ne vais pas faire de miracles, je ferai tous les efforts, tout comme mon équipe », a confié le Premier ministre qui a en outre promis de « former le plus vite possible un cabinet indépendant et neutre n’ayant aucune animosité envers un courant ou un parti (…).
Les difficultés que traversent le pays sont telles qu’on ne peut pas les résoudre sans une atmosphère de confiance », a ajouté Mehdi Jomaâ.

L’AFP rappelle que la désignation de Mehdi Jomaâ, ministre sortant de l’Industrie, été validée depuis la mi-décembre, à la suite d’un accord politique pour sortir de la profonde crise déclenchée par l’assassinat, en juillet 2013, de l’opposant Mohamed Brahmi. Après des mois d’imbroglio politique, les conditions ont été réunies pour la démission d’Ali Larayedh, aujourd’hui remplacé par Mehdi Jomaâ.