Tunisie : décès d’un détenu islamiste

Un détenu islamiste tunisien a succombé à deux mois de grève de la faim. Il était soupçonné d’appartenir aux manifestants qui ont pris pour cible, le 14 septembre dernier, l’ambassade américaine à Tunis après la diffusion d’un film anti-islam.

Béchir Gholli, un jeune homme de 23 ans, père d’une fillette de six mois, est mort ce jeudi à l’hôpital Charles Nicolle de Tunis après 57 jours de détention et de grève de la faim. Il a été victime de deux attaques cardiaques avant de succomber à la troisième, rapporte AP. Ce dernier était soupçonné d’avoir attaqué, avec une centaine d’autres personnes, l’ambassade américaine, le 14 septembre dernier, suite à la diffusion du film anti-islam L’Innocence des musulmans.

Des accusations que le jeune détenu n’a eu de cesse de rejeter. D’après son avocat Me Ben Mbarek, aucune preuve ne permettait de prouver la culpabilité de Gholli. « Il n’y a aucune preuve qui l’implique dans l’attaque de la représentation diplomatique américaine », a-t-il affirmé. Ils étaient plus de deux mille manifestants à avoir pris d’assaut l’ambassade américaine ce fameux 14 septembre 2012. Ces violences avaient d’ailleurs entraîné la mort de quatre personnes. Après une vague d’arrestations au lendemain de l’attaque, 130 personnes sont aujourd’hui retenues prisonnières selon Me Ben Mbarek, 123 d’après le ministre de la Justice Noureddine Bhiri.

Justice pour tous

Le cas de Béchir El Golli n’est pas isolé. Un autre détenu, le salafiste Mohamed Bakhti, 28 ans, a lui aussi entamé une grève de la faim. Il serait « dans un état très critique », affirme l’avocat.

Tixup.com s’insurge contre le gouvernement tunisien. Le média en ligne trouve « décevant, voire désespérant, que des personnes meurent dans un pays où, semblerait-il, une révolution avait eu lieu ». Le journal rappelle par ailleurs qu’aucune charge n’était retenue contre lui et que Béchir Gholli réclamait « le droit à un procès équitable et une justice indépendante ».