Trois ministres marocains démissionnent

Trois ministres marocains viennent de quitter le gouvernement d’Abdelilah Benkirane. Ce dernier a présenté leur démission, mardi, au roi Mohammed VI.

El Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, Soumiya Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, Abdelaadim Guerrouj, ministre en charge de la Formation professionnelle auprès du ministre de l’Education nationale, ont présenté, mardi 12 mai 2015, leur démission. Ainsi et en application de l’article 47 de la Constitution, le Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane a soumis à la haute appréciation du roi Mohammed VI une demande de décharge de des ministres qui ont présenté, individuellement, leur démission du gouvernement.

La démission d’El Habib Choubani et Soumiya Benkhaldoun n’est pas surprenante. Les deux membres du Parti justice et développement (PJD, islamiste) ont dernièrement fait parler d’eux dans les médias marocains suite à la révélation de leur histoire d’amour et leur intention de se marier alors qu’El Habib Choubani compte déjà une épouse.

La polygamie n’est pas interdite au Maroc, mais elle a été drastiquement encadrée par le code de la famille. Adopté en 2004, elle nécessite notamment l’accord de la première femme. Selon des sites web d’information marocains, la femme du ministre aurait demandé, en personne, la main de Soumiya Benkhaldoun à son mari de ministre.

Le troisième ministre démissionnaire Abdelaadim Guerrouj, en charge de la Formation professionnelle auprès du ministre de l’Education nationale, est issu d’un parti allié au PJD (Mouvement populaire, MP). Sa démission, contrairement aux deux autres ministres, est inattendue. Très fragilisé l’année dernière après l’épisode du chocolat; lorsque la mère du ministre a fait une commande de chocolat chez le fournisseur attitré du ministère de la Fonction publique dont avait la charge El Guerrouj. La facture par erreur au nom du département. Le ministre aurait fourni, plusieurs jours après le scandale, une facture à son nom et le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a finalement décidé de classer l’affaire.

Suite à ces démissions, Le roi a chargé le Chef du gouvernement de nommer de nouveaux ministres aux postes ministériels vacants, y compris celui de ministre de la Jeunesse et des Sports que le roi marocain avait limogé, en janvier dernier à la suite de l’inondation d’un stade de football qui a perturbé le déroulement de la Coupe du monde des clubs. Ces démissions pourraient donc ouvrir la voie à un remaniement au sein du gouvernement marocain.