Traqué de toutes parts par l’Algérie, Mohammed VI se fait plaisir

Mohammed VI, roi du Maroc
Le roi du Maroc, Mohammed VI

Le roi du Maroc, Mohammed VI, traqué sans répit par le pouvoir algérien, qui enchaîne les accusations et les menaces à l’encontre du royaume, n’a pas trouvé mieux que de se faire plaisir en s’offrant une belle partie de chasse.

Le roi Mohammed VI se trouve présentement à Bouznika, où il s’est rendu depuis quelques jours, dans le but de s’adonner à l’un de ses sports favoris : la chasse. Selon Hespress, qui a donné l’information, les autorités de la localité ont renforcé la sécurité autour du palais qui accueille le souverain. Un nombre important d’éléments de la gendarmerie royale ayant été déployé.

Des agents des forces de l’ordre de la ville de Settat et de Benslimane ont aussi été déployés dans les axes principaux, notamment les voies menant au palais royal. Si certains s’affairent à gérer la circulation, d’autres viennent en renfort aux gendarmes. Toujours selon le journal, la saison de la chasse a été lancée depuis quelques semaines, précisant que le roi Mohammed VI détient une réserve spéciale dans la région, exclusivement dédiée à la chasse.

La chasse est un sport très prisé du roi Mohammed VI, en plus du ski. Au mois de février dernier, le roi Mohammed VI en plus d’avoir profité des monts enneigés de Michlifen pour pratiquer un autre de ses sports favoris, le ski notamment, avait saisi l’opportunité de sa présence dans la région pour faire de la chasse. Le zone regorgeant de forêts de chêne de liège qui abritent du gibier.

L’hebdomadaire Alayam avait précisé que la visite royale dans la région avait été accompagnée d’un important dispositif de sécurité, menant à la ville d’Azrou. Une ville que le souverain avait visitée, du fait de ses nombreuses réserves de chasse. A l’époque, pour assurer au roi un bel accueil, les villes d’Ifrane et d’Azrou avaient bénéficié d’ornements particuliers.

Cette petite escapade du roi Mohammed VI intervient au moment où le Maroc fait l’objet d’accusations et de menaces venant de l’Algérie. La dernière date de mardi, alors que le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, accuse le royaume d’être derrière les tirs qui ont ôté la vie à trois camionneurs algériens, alors qu’ils roulaient sur l’axe Nouakchott-Ouargla.

A lire : Tebboune accuse le Maroc d’avoir tué trois Algériens et menace de sévir