Tour du Faso : résumé de la septième étape

Les Belges ayant décidé mercredi d’assumer leurs responsabilités. Ils ont mené un tempo rapide, tout au long de l’étape, dans l’espoir de provoquer une arrivée massive au sprint. Mais la nervosité aidant, sept gaillards ont déjoué les plans de Verdonck, le maillot jaune, en fin de course. Julien Gonnet, le plus solide d’entre eux, signe la quatrième victoire d’étape de l’équipe bretonne.

Sur l’étape la plus courte du Tour, il peut-être dangereux de laisser partir une échappée. Les coureurs belges, qui doivent improviser une tactique de leaders de la course pour leur maillot jaune David Verdonck, ne laissent donc pas d’occasions aux attaquants. Barboza (Sen) et Abdoulaye Ouedraogo (Bur) font une rapide expérience de la course en tête au kilomètre 5, mais sont repris immédiatement. Une dizaine de kilomètres plus loin, un groupe de six attaquants se forme avec Barboza, Lokossué (Civ), Syne (Bel), Mahmoud (Egy) et les deux ex-meneurs du classement général piégés la veille, Saadoune (Mar) et Sanda (Cam). Ils sont eux aussi contraints de rejoindre les rangs.

La Belgique veille

C’est au kilomètre 35, soit à moins de cinquante kilomètres de l’arrivée, que quatre attaquants, trois Burkinabè et un Sénégalais, lancent une nouvelle offensive. Le geste est désespéré et vain, mais deux d’entre eux, Boukaré Kagambega (Bur) et Gueswende Sawadogo (Bur), persistent à rouler en tête malgré un avantage qui ne dépasse jamais les quarante secondes. Le peloton maintient une allure soutenue sur cette route qui propose pourtant quelques légers dénivelés, et parcourue avec vent de face. Le duo de tête est sous contrôle.

A huit kilomètres de la ligne, soit exactement au moment choisi par les Belges, Kagambega et Sawadogo sont avalés par le peloton. Le plan consiste à organiser un sprint massif, exercice où Syne et Verdonck excellent. Mais les quelques chutes ajoutent à la confusion et à la nervosité ambiante sur cette fin d’étape. Dans les cinq derniers kilomètres, deux groupes parviennent à surprendre la vigilance des équipiers du maillot jaune. A plus d’un kilomètre, l’arrivée est déjà en vue, au bout d’une longue ligne droite. Les sept coureurs de tête comptent près de trente secondes sur leurs premiers poursuivants.

Gonnet résiste à Lebras

Julien Gonnet (Fra / Bretagne) avait longuement attendu avant de se signaler dans cette étape. Cette fois-ci, il lance le sprint de loin (500 m), en espérant que ses jambes tiennent. Le retour d’Alexandre Lebras est convaincant. Dix mètres de plus auraient peut-être suffi à donner aux sapeurs-pompiers des Yvelines leur première victoire au Burkina. Au lieu de cela, la Bretagne continue sa collection, et Gonnet se rapproche de Verdonck au général : il est 4e à 43’’.

Texte et droits photos : Amaury sport organisation