Tensions en Côte d’Ivoire : un ADO face à un PAN de… marbre

Alassane Ouattara et Guillaume Soro

En Côte d’Ivoire, le président de l’Assemblé nationale (PAN) Guillaume Soro, semble décidé à faire mentir le chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara (ADO), au sujet de la démission du premier nommé annoncée pour ce mois de février 2019. Explications.

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, avait saisi l’opportunité de la cérémonie d’échanges de vœux avec la presse au Palais de la République, pour annoncer, avec la plus grande certitude, que le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro en l’occurrence, va démissionner. Sauf que l’imprévisible Soro semble avoir une autre option en tête. « Soro Guillaume démissionnera en février, c’est entendu, c’est réglé ». C’est en ces termes que le Président Ouattara a fait l’annonce du tablier que devra rendre Soro. Une semaine après cette annonce à grands fracas, les choses ne tournent pas comme le souhaite le chef de l’Etat.

Des informations publiées par Jeune Afrique et reprises par la presse ivoirienne, révèlent qu’ au lendemain de l’annonce faite par le Président Ouattara, une délégation conduite par Biraima Ouattara, frère cadet du dirigeant, par ailleurs ministre des Affaires présidentielles, et Gilbert Koné Kafana, ministre chargé des Relations avec les Institutions, a été poliment éconduite au domicile de Guillaume Soro. Le journal précise que cette délégation était venue convaincre le président de l’Assemblée nationale d’apposer sa signature sur une lettre de démission.

Mieux reprennent les journaux ivoiriens, Guillaume Soro, refusant de signer un quelconque document dans le sens de sa démission annoncée par Alassane Ouattara, a fait savoir qu’il ne rendra le tablier, comme voulu par le dirigeant, que lors d’une session parlementaire. Sachant que la Constitution ivoirienne stipule que la cérémonie solennelle d’ouverture de la session parlementaire de l’année a lieu au courant du mois d’avril, s’ouvrant en général avec un discours d’orientation du président de l’Assemblée nationale, qui s’inspire des évènements qui ont marqué la vie politique, économique et sociale de la Côte d’Ivoire, souligne L’Infodrome, Guillaume Soro ne démissionnera pas en février, comme l’a si bien dit Alassane Ouattara. Ce qui laisse entrevoir une tension das les relations visiblement déjà heurtées entre le Chef de l’Etat, ADO et le PAN.