Taxe financière : l’Afrique ne veut pas être oubliée par l’Europe

Les pays africains ont exprimé le désir de ne pas être oubliés par les Européens lors de l’affectation de la taxe sur les transactions financières, a affirmé jeudi à Tokyo le ministre des Finances de la République démocratique du Congo (RDC), Patrice Kitebi. « S’il n’y a pas un lobbying suffisamment fort, la taxe sur les transactions financières va se transformer en source de financement des budgets qui la génèrent », a mis en garde le ministre congolais, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion des pays francophones. « Et donc nous avons besoin de nous constituer en lobby relativement fort », a-t-il ajouté, en marge de l’assemblée annuelle du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, rapporte l’AFP.