Tariq Ramadan espère réveiller les musulmans d’Afrique

Alors que le continent africain est traversé par les conflits de religions et contaminé par l’islamisme radical, l’islamologue Tariq Ramadan a tenu une conférence à Dakar ce dimanche 22 juillet. Il avait manifestement un message important à faire passer aux musulmans africains, quelque peu désorientés par l’avancée rapide de l’extrémisme religieux.

Tariq Ramadan a tenu, ce dimanche 22 juillet, une conférence dans la capitale sénégalaise, Dakar. Voir la vidéo ci-dessous :

Ce cours magistral s’articulait autour de la place des musulmans dans une économie globalisée, au sein d’un monde soumis à une uniformisation progressive des cultures. Selon lui, les musulmans ont souvent le tort de vouloir protéger leur culture et leur croyance par le biais d’une attitude défensive, plutôt que de considérer la religion musulmane comme universelle et partageable. Dans un monde où le rapport de force est en défaveur des sociétés musulmanes, Tariq Ramadan affirme : « Nous ne sommes pas destinés à avoir le pouvoir seuls, nous sommes destinés à vivre dans le concert des nations. »

Un message de paix

L’universitaire musulman a insisté sur le devoir pour les musulmans de s’ouvrir aux autres et de ne pas se replier par crainte. Il appelle même, non pas à « tolérer » le non-musulman, mais à le « respecter ». Car, « Si Dieu l’avait voulu, il n’y aurait eu qu’une religion, et il n’y en a pas qu’une, il y en a plusieurs ». Tariq Ramadan a traité de diversité, de pluralité, en souhaitant plus d’humilité devant Dieu et d’ouverture face aux hommes.

« Il y a parmi les musulmans des gens qui ont des déficits d’éthique terribles, des corrompus, des menteurs, des traîtres ; et que vous avez parmi des gens qui ne sont pas musulmans, des gens qui sont honnêtes, qui sont droits, qui sont justes », a-t-il par ailleurs souligné.
Dans le contexte actuel, les paroles du petit-fils de Hassan el-Banna rassurent.

Lire aussi :

 Débat sur la laïcité : « L’heure est à l’apaisement » à l’UMP

 Tariq Ramadan : « Je refuse aussi d’être l’autre, le minoritaire »

 La nouvelle figure médiatique de l’islam en France