Tanzanie : plusieurs tonnes de défenses d’éléphants saisies

Un conteneur rempli de plusieurs tonnes de défenses d’éléphants a été saisi ce mercredi dans le principal port de l’archipel semi-autonome de Zanzibar.

Alors que des ONG appellent à lutter fermement contre le braconnage, plusieurs tonnes de défenses d’éléphants destinées à l’exportation ont été saisies ce mercredi dans un conteneur dans le principal port de Zanzibar. « Le conteneur a été saisi aujourd’hui (mercredi). Il venait de Dar es Salaam », la capitale économique de la Tanzanie, a indiqué un porte-parole de la police de Zanzibar.

Une telle cargaison aurait forcément nécessité une aide intérieure du port afin qu’elle soit acheminée sans difficulté vers l’étranger. A ce propos, deux employés d’une agence de dédouanement locale ont été placé en détention, selon le chef de la police.

La destination de la cargaison n’a pas été précisée, ni même son poids, mais des policiers ont évoqués plusieurs tonnes, tout comme la télévision gouvernementale qui parle de plus de deux tonnes. Le conteneur appartiendrait à un Chinois. D’ailleurs, trois Chinois avaient été arrêtés au début du mois de novembre à Dar es Salaam, en possession de 706 défenses d’éléphants, rapporte Lalibre.be.

C’est dans ce même port qu’en août 2011, la police avait découvert 1 041 défenses d’éléphants cachées dans une cargaison d’anchois en direction de la Malaisie.

Une campagne anti-braconnage suspendue

Les autorités tanzaniennes avaient récemment lancées une campagne anti-braconnage avant qu’elle ne soit suspendue après des accusations de violations des droits de l’Homme. Au cours des deux derniers mois, une politique de « tir à vue » contre les suspects de braconnage aurait été mise en place. Ainsi, des rafles à grande échelle ont été orchestrées contre des trafiquants présumés. Le Parlement a donc suspendu cette opération, nommée « Tokomeza » (« Annihiler » en Swahili), le temps qu’une enquête détermine la véracité des allégations de saisies illégales, de torture et d’assassinats de suspects.

Un ministre tanzanien a toutefois défendu au début du mois l’opération, dont il est l’instigateur, mettant en avant la récente saisie de 706 défenses d’éléphants chez des trafiquants chinois. Ce dernier a vivement été critiqué pour sa position. Après cette nouvelle saisie, sera-t-il à nouveau critiqué ?

Les tueries d’éléphants et de rhinocéros sont en forte hausse en Tanzanie et dans le reste de l’Afrique, afin de répondre à une demande asiatique en constante augmentation. En novembre 2012, les douanes de Hong Kong avaient saisi plus d’une tonne de défenses d’éléphant provenant de Tanzanie.

Le trafic mondial d’ivoire est estimé à quelque sept milliards d’euros par an.