Swaziland : Jan Sithole, un opposant au roi, fait son entrée au parlement

Jan Sithole, connu pour être un farouche opposant au roi du Swaziland, a fait son entrée au parlement après sa victoire aux Législatives. Malgré l’interdiction des partis politiques dans le pays, l’opposant a su se faire une place dans les rangs de l’Assemblée nationale.

Alors que la majeure partie de l’opposition avait décidé de boycotter les Législatives, en raison de l’interdiction des partis politiques en Swaziland, Jan Sithole n’a pas abdiqué, et il a eu raison. L’opposant de longue date au roi du Swaziland est devenu parlementaire à l’issue des élections législatives du 20 septembre dernier.
Cet ancien syndicaliste qui a mené plusieurs opérations contre le roi Mswati III, n’a pas froid aux yeux et défie à visage découvert le pouvoir qui règne sans partage. Il est connu pour avoir lancé la lutte pour le multipartisme et la démocratie dans une période où il était le secrétaire générale de la Fédération des syndicats du Swaziland (SFTU). Aujourd’hui, le sexagénaire (60 ans) officie dans le Parti démocratique du Swaziland (Swadepa) depuis sa fondation en 2011.

D’autres figures de l’opposition au Parlement

Heureusement pour M. Sithole, il ne sera pas le seul issu de l’opposition à prendre place dans le Parlement Swazi. « Il y en a quelques autres, mais je préfère ne pas dire combien pour l’instant, car je suis le seul qui était publiquement connu comme membre de l’organisation », a indiqué le nouveau député à l’AFP. Ce qui, une fois de plus, met en lumière la mainmise du roi, qui interdit la formation des partis politiques. En effet, la législation swazie interdit un candidat de se présenter sous les couleurs d’un parti. Les candidats aux 55 sièges parlementaires se devaient alors de garder l’anonymat politique, bien qu’ils soient affiliés à des gages stratégiques.
Jan Sithole fait donc l’exception. « Je suis optimiste, on ne peut pas partir perdant avant d’avoir commencé ni penser que ne rien faire fera changer les choses », a-t-il déclaré, confiant, malgré les accusations de certains confrères le fustigeant d’être un traître.

80% de nouvelles figures

La date de l’installation des nouveaux parlementaires n’est pas encore connue. Mais ces derniers seront, sauf nouveaux rebondissements, composés de 80% de nouvelles têtes. Pour l’heure, c’est le roi qui doit officier, en choisissant les dix autres députés que la Constitution l’autorise, et nommer la majeur partie des membres du Sénat (20), tandis que le Parlement désignera les dix autres.

Reste à savoir quelles sont les autres personnes qui se rangent derrière Jan Sithole attendu par le peuple qui a hâte de voir le rôle qu’il jouera en tant que chef déclaré de l’opposition swazie.