Sénégal : Macky Sall recadre Sonatel-Orange

Le Président du Sénégal, Macky Sall

L’affaire des tarifs de la téléphonie mobile au Sénégal se joue au niveau du Palais. Le président de la République, qui a reçu le Directeur général de Sonatel-Orange, l’oblige à revoir ses tarifs, via sa société régulatrice.

Selon Libération, quotidien sénégalais d’informations générales, le chef de l’État a convoqué, jeudi 13 août 2020, le Directeur général de la société mobile, Sonatel-Orange, Sékou Dramé. Et les raisons du face-à-face ne sont autres que l’entêtement du premier opérateur de téléphonie mobile au Sénégal à vouloir augmenter ses tarifs «illimix», malgré les injonctions de l’ARTP.

Et, selon toujours le journal, Macky Sall aurait craché ses quatre vérités au DG de la Sonatel, qualifiant la hausse des tarifs d’inacceptable, surtout en cette période de pandémie de Covid-19. Et, comme pour confirmer ce rappel à l’ordre du président de la République, la société régulatrice du secteur n’a pas tardé à entrer en jeu.

En effet, l’Autorité de régularisation des télécommunications et des postes (ARTP), donne un ultimatum de quelques jours à la société Orange Sénégal pour qu’elle retire les nouvelles offres récemment envoyées aux abonnés. « Ce n’est pas le moment », déclare Abdoul Ly, Directeur général de l’ARTP, qui prévient la société par rapport à d’éventuelles sanctions.

« L’ARTP a pris la responsabilité d’intervenir sur cette question au nom de l’équilibre et de l’intérêt général parce que les opérateurs de télécommunications sont des délégataires de services publics en qualité de concessionnaire. Donc, l’ARTP, étant à équidistance entre les différentes parties prenantes, a d’abord initié une mission de médiation dans le but de trouver une solution satisfaisante à l’ensemble des parties », a indiqué le Directeur général de l’ARTP.

« Nous avons convoqué, à plusieurs reprises, la direction générale de Sonatel pour échanger avec elle. Nous avons aussi été saisis par des associations de consommateurs contre ces offres d’Orange. Donc, nous avons demandé à l’opérateur, à titre conservatoire, de suspendre ses offres », a-t-il soutenu sur les ondes de la Radio Futurs Medias (Rfm).

Le Directeur général de l’ARTP est d’avis que, dans le contexte actuel marqué par la pandémie, aucun opérateur n’a le droit moral d’évoquer un quelconque texte juridique pour expliquer une augmentation tarifaire.