Sénégal : la France modifie sa politique drastique d’obtention de visa

Suite au refus opposé aux demandes de visas français d’une dizaine d’artistes sénégalais, le monde culturel du pays africain s’était ému contre les nouveaux pouvoirs publics français. Les fans de ces derniers avaient même annoncé se faire entendre le jour de la visite du président François Hollande au Sénégal. Des menaces prises aux sérieux car Paris et Dakar ont trouvé une solution et ont octroyé des visas aux artistes en question.

(De notre correspondant)

Depuis plus de cinq ans, obtenir un visa de séjour en France est devenu la croix et la bannière. Le monde artistique a payé le plus lourd tribut, avec des refus opposés au chanteur Thione Seck qui devait se rendre à Paris pour une série de concerts, Doudou Sarr qui devait honorer un contrat signé avec un hôtel lyonnais, la comédienne Seune Sène, le Pr Oumar Sankharé, écrivain, deuxième Africain agrégé en Grammaire française, et la célèbre costumière Faguèye Bâ qui devait se rendre à Paris la semaine dernière pour dévoiler ses créations. Cependant, Faguèye Bâ, elle, ne s’est pas laissée faire, elle a envoyé des communiqués de protestation dans la presse pour se faire entendre. Et dans la soirée du mardi, les services de visa lui ont accordé le visa sans aucune précision.

Un comité de lutte contre ces tracasseries

Dans un communiqué, Faguèye Bâ fait état de la création d’un collectif contre ces tracasseries notées dans les ambassades occidentales plus particulièrement celles de la France. Selon le communiqué publié le mardi soir, l’artiste tient « à remercier toutes celles et tous ceux qui [lui] ont soutenue à travers cette injustice de décision de refus de visa de la part du Consulat de France, il y a cinq jours. Par Thione Seck, le Pr. Oumar Sankharé et [elle]-même c’est toute la communauté artistique qu’on empêche de circuler afin de promouvoir la création, l’art. [Elle a] donc ressenti cette injustice là, au-delà [d’elle-même]. [Leur] détermination à communiquer une injustice et de lutter ensemble pour la faire reculer, prouve surtout quand on se donne la main, qu’une démarche collective et solidaire permet de porter des avancées en terme de droits. [Elle voulait] également vous sensibiliser sur le fait que nous allons travailler en direction du Ministère de la culture sénégalais, dans le cadre des accords internationaux notamment entre la France et le Sénégal pour une meilleure reconnaissance des ambassadeurs culturels et artistiques de chaque discipline », souligne le communiqué de presse.

La France évite les brassards rouges contre le président Hollande

Tout a commencé par une audience que le président Maky Sall a accordée à l’ambassadeur français au Sénégal dans la journée du mardi. A l’issue de cette audience, le diplomate français avait laissé entendre qu’il était venu coordonner avec le gouvernement du Sénégal la venue du président François Hollande sans donner d’autres détails. Mais de sources proches de la discussion, les deux pays ont abordé les difficultés que les Sénégalais rencontrent en ce moment dans l’obtention des visas pour la France. Les autorités françaises espèrent ainsi éviter des manifestions contre le Président français qui effectue son premier déplacement en Afrique en tant que chef de l’Etat. Ainsi, l’ambassade de France au Sénégal a revu sa copie en octroyant le visa hier soir à la célèbre costumière Faguèye Bâ. Avec l’arrivée du président de la République française François Hollande, le 12 octobre à Dakar, beaucoup de Sénégalais fans de ces artistes avaient promis de revêtir des brassards rouges en signe de protestation. Les brassards devraient rester au placard.

Lire aussi :

 Le voyage de François Hollande au Sénégal va faire du bruit