Sénégal : l’étau se resserre sur Karim Wade

Une semaine décisive pour certains anciens ministres du Président Abdoulaye Wade, qui vont se succéder avant la fin de la semaine à la brigade de recherche de la gendarmerie de Dakar. Ce sera Oumar Sarr, lundi ; Abdoulaye Baldé, mardi ; et Karim Wade, jeudi.

(De notre correspondant)

Oumar Sarr, l’ex ministre d’Etat et actuel coordinateur du parti démocratique sénégalais (PDS), va ouvrir le bal ce lundi. Il est entendu dans le cadre de sa gestion des inondations à Dakar entre 2006 et 2011. Selon l’actuel régime, des centaines de milliards ont été engloutis sans qu’aucune solution durable ne soit trouvée. Le mardi, c’est Abdoulaye Baldé, qui sera devant les gendarmes, ex-secrétaire exécutif de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci).

Sa gestion dans cette agence occupe une place importante dans son dossier. Toutefois, le maire de Ziguinchor (sud) et secrétaire général de l’Union des centristes du Sénégal (UCS) se dit nullement ébranlé par cette convocation, même s’il déplore l’acharnement du nouveau régime sur les libéraux.

Le jeudi, Karim clôture le défilé à la gendarmerie, c’est déjà la quatrième fois qu’il s’y rende. Les gendarmes enquêteurs de Colobane qui ont travaillé, pendant une vingtaine de jours, dans les dossiers de Karim Wade, pendant que ce dernier et ses proches multipliaient des déclarations dans la presse, sont en phase de déclarer aux Sénégalais qu’ils ont retrouvé beaucoup de cafards dans sa gestion, grâce à la collaboration des Etats-Unis et de la France.

Aussi, Karim sera-t-il ré-entendu, pour lui confirmer les charges qui pèsent sur lui, après le passage de ses proches : Cheikh Diallo, Président de groupe de presse CD-Media, Vieux Aidara, directeur de la télévision privée Canal infos News et Madior Sylla, ancien présentateur de la télévision nationale et chargé de la communication de Karim Wade. Ils ont été auditionnés par les gendarmes sur leurs relations avec le fils de l’ancien président du Sénégal. Le milliardaire Ibrahima Khalil Bourgi dit Bibo aurait été un des soutiens de Karim Wade. Abass Jaber, directeur de la société nationale de la commercialisation de l’arachide, est aussi soupçonné d’avoir mis en location son Jet privé à Karim. Le gouvernement soupçonne Karim de l’avoir utilisé à des fins personnelles. Son ami, Patrick Williams, a également été entendu, la semaine dernière.

Toutes ces personnes ont fourni des grosses informations à la gendarmerie. Elles sont sommées à nouveau de ne pas quitter le territoire national, avant la fin de cette semaine qui sera décisive pour la bande à Karim Wade.