Rwanda : polémique après les propos de Paul Kagame sur l’assassinat de Seth Sendashonga


Lecture 1 min.
Le Président rwandais, Paul Kagame
Le Président rwandais, Paul Kagame

Le Président rwandais, Paul Kagame, a déclenché une polémique en évoquant la mort de l’ancien ministre de l’Intérieur, Seth Sendashonga, qui a été assassiné.

C’est au cours de la traditionnelle retraite annuelle du gouvernement, que le chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame, a évoqué l’assassinat de Seth Sendashonga, ancien ministre de l’Intérieur. L’ancien ministre de l’Intérieur a, selon le chef de l’Etat rwandais, été tué parce qu’il avait « franchi une ligne rouge » en cherchant du soutien auprès de certains gradés de l’armée ougandaise. « Il y a des éléments de vérité dans ce qu’écrit Prunier, nous avions cette information. En fait, Seth Sendashonga est mort parce qu’il a franchi une ligne rouge. Je n’ai pas beaucoup plus à dire, mais je ne vais pas m’excuser à ce propos », a révélé Kagame.

Suite à ces fracassantes déclarations, les proches de Seth Sendashonga n’ont pas manqué de réagir. Non content d’avoir dit leur colère et leur consternation, les amis et proches parents de l’ancien patron de la police rwandaise appellent la communauté internationale et notamment la France à réagir. Pour rappel, c’est après avoir rencontré Salim Saleh, frère du président ougandais Yoweri Museveni, le 3 mai 1998, que Seth Sendashonga est assassiné par un commando à Nairobi trois jours après, le 16 du même mois.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter