Réunion tripartite Libye-Italie-Malte sur l’immigration

Les ministres de l’Intérieur de
Libye, d’Italie et de Malte tiendront une réunion conjointe le 6
septembre prochain à La Valette (capitale de Malte), a-t-on
appris jeudi de source officielle européenne.

Selon un porte-parole européen, les ministres italiens et maltais
vont demander à leur homologue libyen que Tripoli accepte
l’organisation de patrouilles de surveillance dans ses eaux
territoriales.

En effet, l’Union européenne va lancer, à partir du mois de
septembre, l’opération « Jason » de surveillance au large des côtes
de Malte et d’Italie, pour intercepter les immigrés clandestins
qui prennent place à bord d’embarcations de fortune à partir des
côtes libyennes. Après avoir ainsi traversé la Méditerranée au
péril de leur vie, ces immigrés débarquent dans l’île italienne
de Lampedusa et à Malte, devenue pays membre de l’Union
européenne depuis mai 1984.

De La Valette, l’ambassadeur de Libye à Malte, Saad El Shlmani, a
déjà fait savoir que son pays refusera l’organisation de
patrouilles de surveillance dans ses eaux territoriales.

Selon le droit maritime, les migrants clandestins trouvés dans
les eaux territoriales libyennes devraient être renvoyés en
Libye, tandis que ceux qui seraient interceptés dans les eaux
internationales ou italiennes et maltaises seraient recueillis en
Italie et à Malte.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre de l’Espagne, Mme Maria
Teresa Fernandez de La Vega, a été reçu mercredi à Bruxelles par
les membres de la Commission européenne à qui elle a demandé des
renforts pour lutter contre l’immigration clandestine.

Au cours d’une conférence de presse mercredi, Mme de La Vega a
fait savoir que depuis trois semaines, 4.830 immigrants venus
d’Afrique subsaharienne ont débarqué sur les côtes espagnoles et
4.510 autres aux îles Canaries, ajoutant que depuis le début de
l’année, ce sont 18.300 Subsahariens qui ont débarqué en Espagne.

Elle a indiqué que le flux des migrants clandestins est loin de
s’arrêter malgré les patrouilles menées depuis peu par FRONTEX,
l’Agence européenne de contrôle des frontières. Cette agence
dispose de navires, d’hélicoptères et d’avions pour intercepter
les migrants clandestins en mer.

On rappelle que l’Espagne et le Sénégal ont signé récemment un
accord pour l’organisation de patrouilles conjointes dans les
eaux territoriales sénégalaises.

Selon des rapports officiels près 2 millions de migrants
clandestins venus notamment d’Afrique subsaharienne séjournent en
Libye, attendant une occasion pour monter dans des pirogues et
gagner ainsi l’Europe après avoir traversé la Méditerranée.