RDC : vers la fin de la 10e épidémie de la maladie à virus Ebola ?

Depuis 2018, la République Démocratique du Congo fait face à sa dixième épidémie de la maladie à virus Ebola. Celle-ci est la deuxième la plus importante dans l’histoire de cette maladie, après celle qui a tué près de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest, précisément en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, en 2013-2014.

Selon le dernier bulletin épidémiologique de l’Organisation Mondiale de la Santé, aucun cas de maladie à virus Ebola n’a été signalé pour la période du 19 au 25 février, dans les zones sanitaires du territoire de Beni affectées par cette épidémie.

« C’est la première fois, depuis le début de la réponse, qu’aucun nouveau cas confirmé n’a été signalé sur une période de sept jours », peut-on lire dans ce document qui revient sur la situation épidémiologique en République Démocratique du Congo.

Tout en saluant la régression de cette malade, l’Organisation Mondiale de la Santé appelle la communauté au respect des normes d’hygiène et au renforcement de la surveillance, pour éviter une nouvelle chaîne de transmission.

Pour le Prof. Steve Ahuka, coordonnateur général de la riposte à cette épidémie, ce résultat satisfaisant témoigne la collaboration entre le personnel impliqué dans la riposte et les communautés touchées par cette maladie.

« Pour la première fois, le pays a fait plus d’une semaine sans nouveau cas grâce à la détermination de ces prestataires de santé appuyés par la communauté », a-t-il dit.

En effet, cette régression de la maladie à virus Ebola coïncide avec la fin de mission de 156  agents de santé impliqués dans la riposte. Le jeudi dernier, le secrétariat technique du comité multisectoriel de la riposte à cette épidémie a remis des brevets de remerciement à tous ces agents.

Notons que depuis la déclaration de cette maladie en RDC, le comité national multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola a documenté 3 444 cas, dont 3 31O cas confirmés ,134 probables, 2 264 décès et 1 168 personnes guéries ou survivants.