RDC-Parc des Virunga : Soco dans le viseur du WWF

Le WWF a condamné jeudi la décision de la firme britannique Soco International PLC de se lancer dès samedi dans la phase de prospection sismique de son projet d’exploration pétrolière, à l’intérieur du parc national des Virunga en RDC. Un projet controversé qui menace l’environnement de ce parc classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Une firme pétrolière de nouveau dans le viseur des défenseurs de la nature ! Le WWF a dénoncé jeudi la décision de Soco International PLC de se lancer dès samedi dans la phase de prospection sismique de son projet d’exploration pétrolière à l’intérieur du parc national des Virunga, dans la province du nord-Kivu, à l’est de la RDC.

En effet, alors que le WWF, à l’instar d’autres ONG de protection de la nature, appellent à la conservation du parc, classé au patrimoine mondial de l’humanité, les multinationales spécialisées dans le pétrole multiplient les démarches pour pouvoir exploiter les réserves pétrolières qu’il abriterait.

Ainsi, c’est donc au mépris de ces protestations locales et internationales, que la firme britannique serait, selon plusieurs médias, sur le point de lancer la première étape de son projet d’exploration pétrolière du lac Edouard, situé à l’intérieur même du parc.

Une exploration pétrolière qui menacerait le parc

Une exploration qui ne serait pas sans risque. Le WWF souligne en effet les résultats de son étude sur les risques liés à l’activité de Soco tendent à démontrer que l’exploration et l’exploitation du pétrole pourraient détruire l’écosystème fragile du parc, mais aussi contaminer l’air, l’eau et le sol.

« Le WWF condamne dans les termes les plus forts les opérations inacceptables de Soco dans le parc national des Virunga », a déclaré le directeur de la conservation du WWF, Lasse Gustavsson, à l’AFP. « Il est irresponsable pour Soco de méconnaître les lois nationales et internationales protégeant ce site classé au patrimoine mondial de l’humanité. L’entreprise menace les moyens de subsistance de milliers de personnes », a-t-il ajouté.

Depuis quelques jours, certaines parties du lac Edouard auraient été fermées à la pêche afin que Soco puisse mener ses recherches, selon le WWF. Or le lac « apporte nourriture et eau potable à plus de 50 000 personnes » et la pêche dans ses eaux « génère plus de 30 millions de dollars par an ».

Aucun forage prévu à ce stade

Réagissant sur son site internet, Soco a déclaré prendre la question au sérieux. « SOCO est une entreprise responsable et est extrêmement sensible à l’importance de l’environnement du Parc national des Virunga », a indiqué la firme sur son site Internet, ajoutant qu’ « aucun forage n’a été prévu à ce stade. »

WWF a toutefois une nouvelle fois insisté sur le fait que l’industrie pétrolière n’a pas sa place dans le parc. Suite au désistement de Total, Soco reste en effet aujourd’hui la seule compagnie à envisager une exploitation des réserves pétrolières du parc.

Fortes tensions entre écologistes et pétroliers

Depuis plusieurs mois, la guerre autour de l’or noir des Virunga est à l’origine de fortes tensions entre écologistes et acteurs pétroliers.
Le 15 avril dernier, le conservateur du parc, Emmanuel de Merode, était attaqué et grièvement blessé par balles. Une attaque peut-être due aux récentes prises de positions de ce farouche défenseur de la nature.

Plus ancien parc d’Afrique, le parc des Virunga a été créé en 1925. Depuis 1979, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Il possède une biodiversité extraordinaire, avec plus de 2 000 espèces végétales, et plus de 200 espèces animales. En outre, il est l’un des seuls parcs au monde à abriter des gorilles de montagne, espèce menacée d’extinction.