RDC : les toilettes publiques, un nouveau business

Comme chaque année depuis 2001 est célébré le 19 novembre la «Journée mondiale des toilettes.» Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est un sujet tabou et à ce jour dans le monde, une personne sur trois vit sans toilettes. Kinshasa prend le contre-pied et investit dans des toilettes publiques au marché central.

Des toilettes publiques… privées et à accès payant, ont été construites à Kinshasa pour palier la saleté des toilettes publiques qui existaient jusque là.
Ces toilettes publiques se situent aux alentours du marché central de Kinshasa et sont ouvertes aussi bien aux commerçant qu’aux visiteurs.

Ces derniers jugent les conditions d’hygiène dans les latrines publiques privées supérieures et favorables tandis que dans les installations hygiéniques gérées jusque là par la municipalité, le constat est déplorable à
l’exemple des toilettes publiques du stade des Martyrs qui selon un employé du stade «offrent un spectacle désolant».

Ces sanitaires publiques sont donc un business lucratif aux alentours du marché central de Kinshasa, puisque c’est un lieu très fréquenté et que l’utilisation des latrines varie entre 500 et 1000 dollars pour environ 100 à 200 utilisations par jour.

Une initiative qui méritait d’être soulignée, en cette journée où était rappelé le fait que l’existence de toilettes empêche la propagation de maladies mortelles, à commencer par le choléra, alors que dans le monde, plus de 2 milliards de personnes ne disposent toujours pas d’un accès à de tels équipements hygiéniques.