RDC: les combats entre le M23 et l’armée font déjà 200 morts


Lecture 2 min.
arton31940

Déjà plus de 200 morts au cours des combats qui opposent depuis dimanche l’armée congolaise aux rebelles du M23 dans la localité de Mutaho, près de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Jusqu’où iront les combats qui font rage dans le nord-Kivu? Selon nos sources, les affrontements deviennent de plus en plus violents. L’armée est décidée à chasser les rebelles du M23 jusqu’à leurs derniers retranchements. C’est ainsi qu’elle aurait lancé une offensive meurtrière. Une véritable chasse aux rebelles qui, selon nos sources, a déjà fait plus de 200 personnes tuées.

Nos sources sont formelles, au moins 200 personnes ont péri dans les sanglants affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23. Des affrontements qui ont repris dimanche, à Mutaho, près de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), et qui se font de plus en plus violents. Déjà ce lundi matin, les populations de l’ouest de Goma, dans le nord-Kivu, se sont réveillées dans la plus grande stupeur, avec des séries de détonations à l’arme lourde. Il fallait craindre le pire. Les populations n’osaient pas franchir le seuil de leur porte, de peur de se retrouver avec un obus sur le crâne. L’invite d’un des responsables de l’armée congolaise, le colonel Olivier Hamuli en l’occurrence, qui demandait aux populations de vaquer à leurs occupations ne rassure guère les populations. Celles-ci, prises de panique, vue la violence des détonations, ont choisi l’option sage de se terrer chez elles. Et à juste raison.

En effet, le gouvernement congolais a annoncé 130 morts dont 120 rebelles et 10 soldats. «Nos forces ont infligé de très lourdes pertes aux assaillants du M23: 120 assaillants ont été tués et 12 capturés », a assuré le porte-parole du gouvernement, Laurent Mende, lors d’une conférence de presse tenue ce lundi. Un bilan déjà lourd aux yeux des populations. Sauf que la réalité dépasse ces chiffres annoncés par l’armée qui évite sans doute à créer la psychose. Car nos sources font état de plus de 200 personnes tuées au cours de ces violents affrontements.

Pourtant, le porte-parole de la rébellion, Amani Kabasha avait donné des assurances que l’objectif du M23 n’est pas de lancer un assaut sur Goma, soulignant que le processus du dialogue à Kampala allait être respecté. Seulement, ces affrontements meurtriers qui se sont poursuivis durant cette journée du lundi laissent croire que la ville Goma ne sera pas épargnée. Affaire à suivre.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter