RDC : la Cour d’appel réduit la peine de Vital Kamerhe à 13 ans, l’UNC proteste


Lecture 2 min.
Vital Kamerhe
Vital Kamerhe

Le procès en appel de Vital Kamerhe et consorts vient de connaître son dénouement. Contrairement aux attentes de ses partisans, Vital Kamerhe n’est pas acquitté, mais bénéficie d’une réduction de peine. Son parti, l’UNC, promet des actions.

La Cour d’appel de Kinshasa a rendu son verdict dans l’affaire Vital Kamerhe et consorts. Le leader de l’UNC n’est pas tiré d’affaire. En effet, l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi a juste vu la peine à lui infligée en première instance être réduite, passant de 20 ans à 13 ans. L’homme d’affaires, Samih Jammal, voit pour sa part sa peine passer de 20 ans à 6 ans. Quant à Jeannot Muhima, il n’est plus condamné qu’à un an de travaux forcés contre 2 ans en première instance.

Ce verdict passe très mal auprès des militants et cadres de l’UNC, le parti de Vital Kamerhe. Son tout nouveau secrétaire général, Billy Kambale, n’en revient pas : « Ce verdict est politique ! On cherchait clairement à abattre Vital Kamerhe. Comment comprendre que le principal accusé, Samih Jammal, prenne 6 ans et lui 13 ? La direction du parti se réunira ce mercredi et des options seront levées parce que trop c’est trop ! ».
En quoi consisteront réellement ces options ? Que comptent faire les responsables de l’UNC pour réclamer la libération de leur leader ? Les jours qui viennent édifieront sans doute.

Sur place au Congo, les partisans de Vital Kamerhe ne manquent pas de soutiens. C’est le cas de Seth Kikuni, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2018. Peu avant le prononcé du verdict de ce jour, le jeune entrepreneur avait tweeté : « La condamnation de Kamerhe reste à ce jour la plus grande arnaque du quinquennat. Si le but était de propulser quelqu’un à la Cour constitutionnelle, c’est déjà fait. Aujourd’hui, il faut penser non seulement à l’acquitter mais aussi à laver sa réputation ternie ».

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter