RDC : l’Onu met en garde contre tout soutien aux mutins du M23

L’Onu condamne fermement le soutien aux mutins du Mouvement du 23 mars (M23), et exhorte les pays de la région à coopérer avec les autorités congolaises pour démanteler et démobiliser les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

L’Onu ne mâche plus ses mots. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a, ce jeudi, fermement condamné le soutien aux mutins du Mouvement du 23 mars (M23), et exhorté les pays de la région à coopérer avec les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) pour démanteler et démobiliser les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Les 15 membres du Conseil expriment dans un communiqué « leur ferme condamnation de tout appui extérieur apporté au M23, et exige la fin immédiate de tout soutien au M23, notamment par d’autres pays », en enjoignant « tous les pays de la région de coopérer activement avec les autorités congolaises pour le démantèlement et la démobilisation du M23 », rapporte Reuters.

Le Rwanda est sur la sellette

Joseph Kabila a rompu le langage diplomatique pour tancer le Rwanda. Au cours de son allocution, tenue samedi dernier à la télévision publique, le président congolais a dénoncé le soutien de Kigali aux mutins du M23. Ce dernier met sur la table trois pistes pour sortir du conflit dans le Nord-Kivu, à l’Est de la RDC.
« On a déjà officiellement demandé aux Ougandais de nous expliquer exactement ce qui se passe et la réponse à cette demande est que l’Ouganda n’a rien à voir. », a déclaré Joseph Kabila, rapporte RFI. « Quand à la présence du Rwanda, c’est un secret de polichinelle », s’est exclamé le président congolais. Et de conclure « Alors, est-ce que la diplomatie peut être une solution ? De toutes les façons, il y a ces trois pistes de solution : militaire, politique et diplomatique. Ça peut être les trois à la fois ».

Le rapport de l’ONU, publié mardi 26 juin, est catégorique. Les experts des sanctions des Nations Unies accusent le Rwanda de soutenir les mutins du M23, en leur fournissant « des armes, du ravitaillement militaire et de nouvelles recrues ». Le démenti ferme de Kigali n’avait pas calmé l’ire de Kinshasa. Même si, depuis, les relations entre les deux pays s’étaient réchauffées, notamment le samedi 14 juillet lors du sommet des chefs d’Etats du conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie.

La population se mobilise

Selon les ONG, les combats entre les les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les mutins du M23 ont provoqué le déplacement de 200 000 personnes, dont 30 000 réfugiées au Rwanda et en Ouganda. 2 morts et 70 blessés s’ajoutent à ce lourd bilan.

Des milliers de Congolais ont défilé à Kinshasa et dans de nombreuses villes de la RDC, ce mercredi 1er août, contre la guerre dans le Nord-Kivu. Depuis mai, les FARDC s’opposent aux mutins du M23 regroupés dans cette instable province de l’Est du pays. Selon Roger Meece, l’envoyé spécial de l’Onu en RDC (Monusco), les ex-rebelles du CNDP ont gagné du terrain. D’après la presse, ils se dirigeraient même vers Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Lire aussi :

 RDC : des milliers de Congolais dans les rues pour la paix et l’unité

 RDC : Kabila dénonce le soutien du Rwanda aux mutins du M23

 RDC : les combats font rage au Nord-Kivu