Présidentielle en Algérie : Bouteflika promet « une démocratie large »

Le chef d’Etat algérien Abdelaziz Bouteflika a promis ce dimanche, à l’occasion du premier de la campagne présidentielle, une « démocratie plus large ».

Les représentants du président-candidat algérien, Abdelaziz Bouteflika, ont assuré ce dimanche, lors du premier jour de la campagne présidentielle, que le chef de l’Etat offrira une « démocratie plus large ».

« Dès 2014, il y aura un changement dans la Constitution », a précisé ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal devant un parterre de militants FLN dans la ville d’Adrar, située à 1400 au sud-ouest d’Alger. « L’Algérie aura une démocratie large, une démocratie participative. Tous les citoyens participeront au développement du pays », a poursuivi l’ex-chef du gouvernement, chargé pour la troisième fois consécutive de diriger la campagne de Bouteflika pour le scrutin du 17 avril.

Parallèlement, des manifestations sporadiques hostiles à un quatrième mandat de d’Abdelaziz Bouteflika ont fleuri depuis le 22 février, date à laquelle l’ex-Premier ministre a annoncé la candidature du président algérien. Selon certains observateurs, ces manifestations ne rassemblaient que quelques centaines de personnes, sous la houlette du mouvement « Barakat » (ça suffit). Toutefois, la manifestation de vendredi 21 mars aurait réuni près de 5000 personnes. Les protestataires ont appelé au boycott de l’élection présidentielle du 17 avril.

Abdelaziz Bouteflika s’est adressé aux manifestants dans un message relayé par l’agence APS : « Les difficultés liées à ma santé ne semblent pas me disqualifier à vos yeux ou plaider en faveur de ma décharge des lourdes responsabilités qui ont eu raison d’une bonne partie de mes capacités ».

Au pouvoir depuis 15 ans, le président sortant, âgé de 77 ans, est considérablement affaibli depuis un AVC en avril 2013. Il avait été hospitalisé 80 jours à Paris. Bouteflika silencieux son accident. Il s’est toutefois exprimé publiquement le 3 mars au Conseil constitutionnel, lors du dépôt de sa candidature. D’une voix à peine audible, il a annoncé sa candidature sous le slogan « Notre serment pour l’Algérie ».