Poutine suspend sa participation à l’exportation de céréales, Zelensky inquiet pour l’Afrique

Volodymyr Zelensky s'inquiète pour l'Afrique
Le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky

La Russie a annoncé suspendre sa participation à l’accord d’exportation de céréales ukrainiennes. La décision a été prise après une attaque de drones visant la flotte russe au niveau de la mer Noire, samedi matin. Le Président Ukrainien, Volodymyr Zelensky, dit s’inquiéter pour l’Afrique et l’Asie.

« La Russie suspend sa participation à la mise en œuvre de l’accord sur les exportations des produits agricoles des ports ukrainiens », a annoncé le ministère russe de la Défense, ce samedi après-midi. La Russie dit avoir pris cette décision « compte tenu de l’acte terroriste réalisé par le régime de Kiev avec la participation d’experts britanniques contre des navires de la flotte de la mer Noire et des navires civils impliqués dans la sécurité des couloirs céréaliers », a justifié Moscou.

Réagissant à cette décision, le Président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a indiqué qu’Il s’agit d’une « intention transparente de la Russie de faire peser à nouveau le spectre d’une famine à grande échelle en Afrique et en Asie ». Selon le dirigeant ukrainien, « la Russie a commencé à aggraver la pénurie mondiale de nourriture en septembre, quand elle a commencé à bloquer les mouvements des navires transportant nos productions agricoles ».

L’attaque en Crimée brandie par la Russie, un prétexte ?

Zelensky a révélé qu’au moins 176 navires transportant plus de deux millions de tonnes de céréales restaient déjà bloqués par la Russie. Il a en outre indiqué qu’une « réponse internationale vigoureuse est nécessaire. Au niveau de l’ONU et en particulier au niveau du G20 ». Pour sa part, le Président des Etats-Unis, Joe Biden, estime qu’il n’y avait aucune raison pour la Russie de prendre une telle décision.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a, quant à lui, appelé « tous les Etats à exiger de la Russie qu’elle mette fin à ses jeux de la faim et qu’elle s’engage de nouveau à respecter ses obligations ». Selon lui, l’attaque en Crimée brandie par la Russie pour justifier la suspension de l’accord sur les exportations de céréales reste un prétexte.

Lire : La CEDEAO en médiateur entre la Russie et l’Ukraine, au nom de l’Afrique

Cette décision de la Russie intervient trois jours seulement après que le Président Vladimir Poutine a reçu son homologue bissau-guinéen. Umaru Sissoco Embalo, en sa qualité de président en exercice de la CEDEAO, a rencontré les dirigeants russe et ukrainien qu’il a appelés, au nom de l’Afrique, à privilégier une solution pacifique de ce conflit.