Plaidoyer pour les enfants des rues

La Fondation des Enfants Orphelins de la Rue se bat depuis 1996 pour aider les enfants des rues de Bamako. Aujourd’hui, elle passe à l’offensive du Net afin de promouvoir un projet d’envergure : l’ouverture prochaine d’un orphelinat.

Pas de photos, pas de fioritures. La Fondation des Enfants Orphelins de la Rue (Feor) opte pour la simplicité afin de mieux faire passer son message. Cet organisme, créé par Modibo Koné, travaille depuis 1996 avec les enfants des rues de Bamako. Ces derniers sont estimés à 4 ou 5 000, en majorité des garçons mais avec une proportion de filles de plus en plus importante. Grâce à son centre d’accueil pour les enfants (de 0 à 17 ans), la Feor aide en permanence une vingtaine de petits défavorisés, leur fournit de quoi vivre et leur trouve des familles d’accueil.

1$ par jour

Car la plupart des enfants des rues sont des orphelins. Ce sont aussi des enfants issus de couples divorcés, abandonnés, des enfants fuyant l’autorité ou la violence parentales, ou encore fuyant les violences des maîtres coraniques auxquels ils ont été confiés. La Feor explique que le jour, ils errent dans la ville à la recherche de travail, d’argent ou de nourriture et la nuit, dorment sous les hangars des magasins ou sur des terrains vagues.

La Fondation distribue aussi de la nourriture aux enfants démunis devant les églises et mosquées de la capitale malienne mais son projet le plus abouti est l’ouverture prochaine d’un orphelinat – géré par des bénévoles – à Bamako, puis dans tous les grands centres urbains du Mali. Pour cela, il faut de l’argent et le site engage à faire un don en ligne ou à télécharger la fiche qui permet de devenir membre. Avec 1$ par jour, les parrains potentiels peuvent permettre à un enfant de retrouver le chemin de l’école.