Pas de quartiers pour Ouagadougou

Le projet d’urbanisme de Ouagadougou prévoit la destruction des anciens quartiers de la ville. Une décision qui n’est vraiment pas du goût des riverains. Le bras de fer est inévitable.

Rasés, Koulouba, Kamsonghin et Zangoethin. Les anciens quartiers de Ouagadougou n’ont théoriquement plus beaucoup de temps à vivre. Bientôt relégués dans les souvenirs du passé par des bulldozers, annonciateurs de la capitale burkinabée de demain. Les riverains ne l’entendent toutefois pas de cette oreille et comptent bien se mobiliser pour faire plier  » l’assassin plan d’urbanisme local « .

Trois quartiers sont jusque là dans le collimateur des autorités Autour, les habitants du centre ville tremblent, tous conscients de pouvoir être les prochains sur la liste. Coupable : le projet d’aménagement d’une zone d’activités commerciales et administratives (ZACA).

Habitat contre quartier d’affaires

La volonté d’assainir le centre pour en faire une vitrine de la réussite burkinabée ne peut se faire qu’au détriment des actuels résidents. Vilipendés pour leur manque de souci pour l’hygiène et les problèmes de déchets, ils risquent bientôt de devenir les hôtes forcés d’une périphérie qu’ils n’ont pas choisie.

Mais les Ouagalais n’ont pas l’âme nomade pour un sou. Déjà, lors du dernier déplacement de population, à l’occasion de la viabilisation des parcelles du  » secteur 16  » de la ville, les habitants avaient fait montre d’une belle résistance. Il s’agit aujourd’hui du Vieux Centre, chargé d’histoire et coeur à la fois psychologique et géographique de la capitale. Dans le contexte actuel, où les autorités sont très fortement contestées, fragilisées par l’embarrassante affaire Zongo qui secoue toute la société burkinabée, une nouvelle épreuve de force pourrait bien être cette étincelle qui mettra définitivement le feu aux poudres.