Organisation Internationale de Lutte contre la Drépanocytose

1910-2010 un siècle après la découverte scientifique de la drépanocytose, le Grand Prix Humanitaire de France sera décerné le 10 avril 2010 à Paris au Sénat à Mme Edwige Ebakisse-Badassou pour le combat qu’elle mène depuis plus de dix ans pour améliorer la prise en charge des patients et faire connaître et reconnaître la drépanocytose à travers le monde.

A l’aube de la célébration du centenaire de la découverte scientifique de la drépanocytose, par l’Organisation Internationale de lutte contre la drépanocytose (OILD) présidée par Edwige Ebakisse-Badassou ; l’OILD va lancer une campagne internationale de sensibilisation et de mobilisation de ressources DREPADON dans plusieurs pays (Cameroun ; Gabon ; Congo RDC ; Congo et Inde). Plusieurs activités seront organisées, elles permettront de former les professionnels de santé d’une part mais aussi de créer et d’équiper les centres spécialisés.

L’O.I.L.D. est une organisation non gouvernementale humanitaire à but non lucratif, créée en l’an 2000 (ancien RFLD) elle s’est fixée comme objectif stratégique d’agir et d’œuvrer dans le monde pour réduire la mortalité ainsi que les impacts de santé liés à la Drépanocytose.

L’O.I.L.D. depuis sa création, travaille en collaboration étroite avec les pays d’Europe, d’Amérique, du Moyen-Orient et d’Afrique, mais également en partenariat avec différentes organisations internationales et non gouvernementales (OMS ; UNESCO ; OIF ; UNICEF; FIFA ; UA etc.….) afin de mettre en place un programme international.

Edwige Ebakisse-Badassou Biochimiste de formation, très peu connue et pourtant elle a été le fer de lance de la médiatisation de la première maladie génétique au monde. Tour à tour elle a su mobiliser les Etats, les institutions internationales, et les acteurs économiques pour que cette maladie longtemps négligée puisse bénéficier de plus de moyens afin qu’elle soit mieux connue. C’est ainsi qu’elle a su impliquer des personnalités de renoms qui se sont jointes à son combat pour mener un plaidoyer international dont les résultats commencent à porter leurs fruits par sa pugnacité et sa détermination, les résolutions suivantes ont été adoptées : en juillet 2005 l’Union Africaine a adopté la première résolution sur la drépanocytose, suivie de l’UNESCO en octobre 2005, de l’OMS en mai 2006 et de l’ONU en décembre 2008. La journée internationale de l’OILD le 19 juin, est aussi devenue journée mondiale de sensibilisation après adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Le Grand Prix Humanitaire de France (GPHF) a été créé en 1892, à Paris.
A l’origine, il était une œuvre de secours pour venir en aide aux hommes qui se sacrifient et se dévouent pour sauver leurs semblables.

Par la suite, le but du GPHF a évolué, tout en restant conforme à sa ligne et à ses statuts.
Il honore et récompense les personnes ayant, par leur courage, dévouement, abnégation, travail, conseils ou leur temps, contribué à aider ou soulager leur prochain, et ce, à titre purement bénévole.
Le 10 avril au Sénat, le GPHF sera donné par Albert de SMET, délégué du GPHF pour le Royaume de Belgique et du grand Duché du Luxembourg, ce prix qu’il a remis en 2008 à Madame Ana Ligia Mixco Sol de Saca Première Dame de la République du Salvador,
Sous le parrainage de Madame Joëlle CECCALDI-RAYNAUD députée Maire de la ville du Puteaux et Présidente de l’EPAD.
15500 distinctions ont déjà été décernées, depuis 1892, à des institutions, associations, particuliers ou personnalités.
Parmi les plus prestigieux récipiendaires, figurent :

 S.A.S la Princesse Souveraine Grace de Monaco, le 27 décembre 1965, par le président Désiré Graves,

 S.A.R.la princesse Diane de France, duchesse de Wurtemberg, le 9 décembre 1990 par Sauveur Pisciotto, délégué du G.P.H.F.,

 S.A.S.le Prince Souverain Albert II de Monaco le 6 mars 2007, par le président Jean Pollès.
Pour la première fois ce prix sera décerné à une Franco-Camerounaise Edwige Ebakisse-Badassou. « Ce prix est pour moi une grande reconnaissance que je dédie à tous ceux qui m’ont accompagnée durant ces nombreuses années pour faire sortir la drépanocytose de l’ombre et tous ceux qui se battent pour aider les malades. Mais beaucoup reste encore à faire » !

Site de drepanetworld