Obama Nobel de la paix : les réactions de la communauté internationale

L’attribution du prix Nobel de la paix au président américain Barack Obama, vendredi, a déclenché, à quelques rares exceptions, une vague de réactions enthousiastes de par le monde. Florilège.

Les réactions, en Afrique, en France et dans le monde, à l’attribution du prix Nobel de la Paix au président américain Barack Obama, vendredi 9 octobre :

Afrique

Afrique du Sud

La Fondation Nelson Mandela, au nom de son fondateur Nelson Mandela, « salue l’attribution du Prix Nobel de la Paix au président Barack Obama », écrit le directeur de l’institution, Verne Harris, dans un communiqué. « Nous sommes certains que ce prix va lui permettre de renforcer son engagement, en tant que leader de la nation la plus puissante du monde, pour continuer de promouvoir la paix et la fin de la pauvreté », ajoute le texte. Nelson Mandela, premier président noir d’Afrique du Sud avait reçu lui aussi cette distinction en 1993.

La famille kényane de Barack Obama

« C’est un honneur pour la famille… nous sommes très contents que l’un d’entre nous ait été consacré. Nous félicitons Barack », déclare le demi-frère du président, Saïd Obama, depuis le village de Kogelo. Cette distinction « touche beaucoup de monde » car le président représente « des gens d’horizons très divers ». Le président américain, dont le père kényan aujourd’hui décédé est né à Kogelo, jouit d’une grande popularité au Kenya, où il est considéré comme un enfant du pays.

Dans le monde

France

Le président français, Nicolas Sarkozy, a adressé vendredi ses « plus chaleureuses félicitations » à Barack Obama, saluant les « efforts extraordinaires » du président américain « en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationale ».
«En vous décernant son prix le plus prestigieux, le Comité récompense votre engagement déterminé pour les droits de l’Homme, pour la justice et pour la propagation de la paix à travers le monde, selon les volontés de son fondateur, Alfred Nobel », écrit Nicolas Sarkozy dans un message à Barack Obama. « Je suis convaincu que chacun, partout dans le monde, y puisera une volonté encore plus forte de coopérer avec vous-même et avec l’Amérique pour atteindre ces objectifs communs », a ajouté Nicolas Sarkozy.

Iran

« Nous espérons que cela l’incitera à emprunter la voie qui apportera la justice dans le monde », a indiqué Ali Akbar Javanfekr, le porte-parole de Mahmoud Ahmadinejad, président de l’Iran. « Nous ne sommes pas contrariés et nous espérons qu’en recevant ce prix, il commencera à entreprendre des démarches concrètes en vue de mettre fin à l’injustice dans le monde. »

Italie

« Nous avons entendu au cours du Conseil des ministres que le (Prix) Nobel de la paix a été attribué à Barack Obama et nous avons applaudi avec conviction », indique Silvio Berlusconi. Le chef du gouvernement italien avait de nouveau qualifié le couple Obama de « bronzés » il y a deux semaines.

Afghanistan

Le président américain est la « bonne personne » pour cette distinction, a estimé Hamid Karzaï, le président de l’Afghanistan, où Barack Obama doit se prononcer sur un éventuel ‘envoi de soldats en renfort contre les talibans. « Nous félicitons M. Obama pour avoir remporté le Prix Nobel », déclare Siamak Hiraï, porte-parole de la présidence afghane. « Son travail acharné et son projet pour de nouvelles relations internationales, sa volonté et ses efforts pour créer une atmosphère d’amitié et de bonnes relations, ainsi que pour la paix dans le monde, en faisaient la bonne personne pour recevoir le Prix Nobel de la paix. »

« Nous condamnons l’attribution du Nobel de la paix à Obama », déclare Zabihullah Mujahid, le porte-parole des Talibans. « Nous n’avons perçu aucun changement de stratégie pour la paix, il n’a rien fait pour la paix en Afghanistan, il n’a pas pris une seule mesure pour cela ou pour rendre le pays plus stable », estime-t-il.

Palestine

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a également félicité Barack Obama, espérant que « la paix prévaudra en Palestine et dans la région sous la présidence de M. Obama grâce à l’instauration d’un Etat palestinien avec comme capitale Jérusalem-est (annexée par Israël en 1967) », a déclaré le principal négociateur palestinien Saëb Erakat. Mais pour le mouvement islamiste Hamas a estimé que le président américain avait « encore beaucoup de choses à faire avant de mériter » le prix Nobel de la Paix.

Israël

Pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, ce prix représente l’espoir de « faire avancer la paix ». « Je me réjouis d’avance d’œuvrer en étroite collaboration avec vous pendant les prochaines années pour faire avancer la paix et donner l’espoir aux peuples de la région qui méritent de vivre en paix, en sécurité et dans la dignité », a affirmé M. Netanyahu dans un communiqué, affirmant que « nulle part ailleurs qu’au Moyen-Orient, une région longtemps endeuillée par le terrorisme et les effusions de sang, la paix est à ce point nécessaire ».

Pologne

Lech Walesa, prix Nobel de la paix en 1983, s’étonne qu’il soit attribué « si vite » à Barack Obama. « Qui, Obama ? Si vite ? Trop vite ! Il n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Pour le moment il ne fait que proposer », déclare le chef historique du syndicat Solidarité et ancien président polonais.

Commission européenne

Pour le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, « l’attribution du prix au président Obama, leader de la puissance militaire la plus importante dans le monde, au début de son mandat, est le reflet des espoirs qu’il a soulevés au niveau mondial avec sa vision d’un monde sans armes nucléaires. Ce prix est un encouragement pour l’engagement de tous ceux qui peuvent contribuer à faire naître un monde plus sûr ». Le prix est aussi « une reconnaissance des attentes créées partout par la volonté du président Obama de travailler en étroite collaboration avec les partenaires des Etats-Unis pour façonner des réponses mondiales aux défis internationaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui », estime le chef de l’exécutif européen.

La FIDH

« Le Prix Nobel de la Paix à Obama, c’est aussi une incitation méritée à ne pas revenir sur les principes universels qu’il a remis à l’honneur. C’est une reconnaissance et une nouvelle légitimité pour qu’il fasse preuve de plus de fermeté sur les principes », estime la Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH). L’organisation aurait néanmoins « préféré voir un défenseur des droits de l’homme comme Oleg Orlov, de Memorial, en Russie, ou à titre posthume Natalia Estemirova (militante des droits de l’homme assassinée en Tchétchénie en juillet 2009) » en lauréat du prix Nobel.

Rebiya Kadeer, dissidente ouïghoure en exil

« Je suis très heureuse qu’il (Barack Obama) ait reçu le prix. Maintenant, il doit en faire quelque chose. Cela augmente les attentes de le voir défendre les nations opprimées », a déclaré la dissidente ouïghoure en exil Rebiya Kadeer, dont le nom de la dissidente ouïghoure avait été cité comme lauréate possible du Nobel de la Paix.

Mohamed ElBaradei, Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)

Barack Obama apporte « l’espoir d’un monde en paix avec lui-même », a déclaré le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei, qui s’est dit « absolument enchanté » que le choix ait été porté sur le président américain. Pour lui, Barack Obama « a fait preuve d’un leadership extraordinaire » et « d’un engagement inébranlable pour la diplomatie, le respect mutuel et le dialogue comme étant les meilleurs moyens de résoudre les conflits ».

Japon, au port… d’Obama

Le petit port japonais d’Obama a accueilli dans la joie l’attribution de la Paix à son homonyme, le président Barack Obama. « Je savais qu’il parlait de la paix dans le monde, mais je n’arrive pas à croire que ce soit arrivé aussi vite », a déclaré à l’agence Jiji Press Seiji Fujiwara, responsable local du tourisme, à l’origine d’une campagne de soutien au président américain dans cette bourgade de 32.000 habitants.