Obama-Clinton : primaire cruciale en Pennsylvanie

La primaire démocrate de Pennsylvanie de ce mardi est cruciale pour Hillary Clinton. Elle doit largement s’imposer si elle veut conserver une chance de représenter son parti lors de la présidentielle américaine de novembre. Son rival Barack Obama ne part pas favori dans ce scrutin mais les sondages indiquent une forte baisse d’écart entre les deux sénateurs.

Après six semaines de trêve, les primaires démocrates reprennent ce mardi aux Etats-Unis. Barack Obama et Hillary Clinton s’affrontent ce mardi en Pennsylvanie, une étape pour laquelle la sénatrice de New York n’a pas droit à l’erreur. Ce scrutin représente son dernier atout pour conserver une chance de remporter l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine de novembre. Il faut dire que l’ex-première dame a accumulé un certain retard au cours de la quarantaine de primaires qui se sont déjà tenues.

D’après un décompte MSNBC, compte actuellement 1 513 délégués à son actif, contre 1 653 pour son rival. Pour réduire l’écart, Hillary Clinton devra séduire 65% des électeurs de Pennsylvanie, ainsi que des neuf Etats qui accueilleront les dernières primaires. Elle n’avait jusqu’alors réalisé cette performance que dans l’Arkansas.

Clinton n’est pas prête à abandonner

Il y a quelques semaines, les sondages donnaient Hillary Clinton très largement gagnante sur Barack Obama avec une vingtaine de points d’écart. Une avance due au profil de la population de cet Etat, majoritairement blanche, âgée et moins diplômée que dans le reste des Etats-Unis – un électorat d’ordinaire réceptif au discours Hillary Clinton. Cependant, selon les derniers sondages, le métis américano-kenyan s’est rapproché de sa concurrente, qui le distancerait désormais de 6 à 10 points.

Barack Obama est-il capable de créer la surprise ? Le sénateur de l’Illinois n’y croit guère. « Je ne prédis pas une victoire, mais je prédis que les résultats de cette primaire seront serrés », a-t-il déclaré lundi. Si Hillary Clinton ne brillait pas ce mardi, les appels au retrait de sa candidature pourraient s’intensifier. Mais l’intéressée a déjà prévenu lundi qu’elle n’abandonnera « certainement pas » la course pour l’investiture démocrate. Quelque soit le résultat de la primaire de Pennsylvanie.